Ces chansons auxquelles on comprend rien – II

Alors voilà, c’est une chanson de Jeanne Cherhal, dans  « tous ces mots terribles », album hommage à Béranger.

http://bellaciao.org/fr/local/cache-vignettes/L225xH321/beranger-7b062.jpg

Elle a pour titre « Rachel », elle est rythmée, harmonieuse, bien écrite, bref très agréable à écouter, et du diable si j’y comprend quoi que ce soit.

 

Ca doit faire référence à une comptine pour les enfants, peut-être… Si vous y comprenez quelque chose, faites-moi signe!

 

Je suis tout seul dans ma maison

Le chien dort sur le paillasson

La vieille horloge distille le temps

Très lentement trop lentement

Les objets

Familiers

Soudain me sont étrangers

 

Rachel, Rachel, si les p’tits cochons te mangent pas

Rachel, Rachel, il en restera p’t’être pour moi

 

L’amour tu sais ça prévient pas

Ca vous arrive avec fracas

Ca vous r’tourne comme un vieux manteau

Avant qu’on ait courbé le dos

Ca fait mal

C’est banal

Parfois c’est très bon aussi

 

Rachel, Rachel, si les p’tits cochons te mangent pas

Rachel, Rachel, il en restera p’t’être pour moi

 

Cett’ chose en moi c’est stupéfiant

Ca me remplit tous les dedans

Mais en même temps c’est stupéfiant

J’ai l’impression d’être vivant

D’être un grand

Bateau blanc

Plein de rires et plein de chants

 

Rachel, Rachel, si les p’tits cochons te mangent pas

Rachel, Rachel, il en restera p’t’être pour moi

 

Tu vois j’suis complètement cinglé

J’me prend pour un bateau doré

Qui roule en méditerrannée

Vers des rivages ensoleillés

Y a des îles

Azurées

Et des beaux marins bronzés

 

Rachel, Rachel, si les p’tits cochons te mangent pas

Rachel, Rachel, il en restera p’t’être pour moi

 

Quand j’ouvre mes yeux fatigués

Par les insomnies de l’ennui

Je vois ma table toute encombrée

D’un amas de feuilles griffonées

Dans le ciel

Un orage

Je voudrais être avec toi…

 

Rachel, Rachel, si les p’tits cochons te mangent pas

Rachel, Rachel, il en restera p’t’être pour moi

Rachel, Rachel, Rachel…

 

Pendant c’temps toi tu es là-bas

Avec un marin dans tes bras

L’orage, sur’ment, tu t’en fous

Car il est grand, et beau, et doux

Le monde s’est arrêté

Pourquoi donc il tournerait?

 

Rachel, Rachel, je voudrais être les p’tits cochons

Rachel, Rachel, et te manger tout en entier

Rachel, Rachel, je voudrais être les p’tits cochons

Rachel, Rachel, et te manger tout en entier