L’action Barquette

L’action barquette consiste à mettre en scène une barquette de viande humaine, généralement contenant un véritable humain déguisé en cadavre. Le but est de faire prendre conscience aux gens de ce qu’est véritablement la viande et de ce qu’implique le fait de transformer un animal vivant en barquette consommable. La personne généralement enduite de faux sang et recouverte de cellophane, offre un spectacle choquant qui attire l’attention de manière très efficace. Par le jeu de l’identification,  transparait dans l’esprit des gens le caractère morbide de la viande. Plus enclins à engager la conversation avec les militants, du fait de cette vision inhabituelle et marquante, ils sont également plus à même de comprendre en quoi la consommation de viande (si banalisée habituellement) pose des problème éthiques.

Très souvent, l’affichage d’un code-barre sur la barquette humaine souligne d’ailleurs ce caractère banalisé de la mort dans l’industrie bouchère.

D’après certains militants végétariens, l’action barquette est l’action de rue la plus efficace.

J’ai donc participé aujourd’hui à une action barquette au Triangle, près de la comédie, à 30 mètres à peine du stand de propagande du CIV (centre d’information des viandes).

Malgré le caractère spartiate de notre installation, bricolée juste avant de servir à l’aide de vieux cartons, et malgré le fait que j’ai vu (en photo) des barquettes humaines beaucoup plus réalistes et choquantes, je dois dire que les réactions ne se sont pas faites attendre. Bien sur, le fait de se mettre en sous-vêtements juste devant le polygone est en soi un truc assez particulier, se déguiser en viande est carrément bizarre… Mais entendre les réactions des gens face à une barquette humaine, ça vaut bien de se peler sous du plastique pendant une heure.

Certaines personnes se demandaient si j’étais vraiment morte, d’autres pensaient que j’étais en plastique et beaucoup se disputaient pour savoir si j’étais en plastique / vraie / vivante / si je respirais / si je bougeais les yeux. Entendre les gens parler de moi comme si je n’étais pas là et les voir aussi attentifs au moindre de mes mouvements est tellement bizarre que le fait d’être à moitié à poil n’est finalement pas grand chose en comparaison. Bien que je ne doute pas que certains en aient profité pour se rincer l’oeil. (mais ou va le monde je vous le demande).

Même si j’étais dubitative au début, l’action barquette est une façon vraiment intéressante de promouvoir le végétarisme. Le caractère choquant de la mort ne peut plus être nié ou occulté. La seule chose criticable dans ce que montre l’action barquette est le fait de  comparer un humain à un autre animal (critique que beaucoup ne se privent pas de faire). Mais c’est un contre-argument finalement assez peu convaincant, la mise en scène mettant à mal la frontière culturelle entre l’humain et les autres animaux, soulignant son caractère artificiel. Si un humain n’était pas un animal, le recouvrir de cellophane et de sang ne serait pas aussi choquant. Bien sur, on peut toujours arguer que les animaux n’ont pas de conscience ou je ne sais quoi, mais les salades de ce sous-humanisme désuet ont même du mal à convaincre ceux qui les récitent.