le Carnaval de Venise

Le mot « carnaval » vient de l’italien « carnelevare », qui signifie « sans viande ». Amusante ironie quand on constate la difficulté qu’il y a a manger végétarien dans cette ville, mais nous y reviendrons plus tard! Il commence traditionnellement 12 jours avant le Mardi Gras, qui précède une période de jeûne sans viande, d’ou son nom.

Le Carnaval de Venise existerait depuis la fin du Xème siècle ! il est mentionné dans une charte datant de 1094. Au XIIIème siècle , le Sénat prescrivait la veille du Carême comme un jour de fête (mardi gras). Mais c’est au XVIIIème siècle que le Carnaval atteint son heure de gloire: il s’étalait alors 6 mois par an (!), du 1er octobre au Carême.

 

Un masque prend la pose pour une dizaine de photographes.

 

Le carnaval était l’occasion de faire la fête, bien sur, mais également d’effacer les différences entre les classes sociales. Sous les masques et les capes, les anonymes devenaient tous des égaux, du noble petit marchand de rue. Chacun pouvait s’inventer un personnage, au gré de son imagination. Les Vénitiens étaient ainsi tous réunis dans la même grande fête!

 

Peut-on imaginer une tenue plus somptueuse?

 

Malheureusement, la chute de la république fit disparaître provisoirement le carnaval. S’il a été réinstauré depuis, on peut déplorer que l’esprit se soit un peu perdu. Si autrefois, tout le monde était de la fête, et peu importe la classe sociale à laquelle il appartenait, ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui ! En effet, un costume comme celui de la photo coûte dans les 500 Euros à la location, pour une seule journée! On n’ose imaginer le prix qu’il faudrait débourser pour l’acheter. Ce sont évidemment de superbes pièces d’artisanat qui demandent beaucoup de travail, même si on peut imaginer que le succès du carnaval fait encore gonfler les prix! En tous cas, pour une location de costume, il n’y a pas moyen de s’en sortir à moins de 200 euros. On peut toujours acheter un masque bon marché, fabriqué à la chaîne (rien à voir donc avec les suberbes objets faits main) et louer une petite cape, mais même là, ce n’est pas donné, et s’il peut être très amusant de se promener ainsi accoutré dans Venise, vous ne rivaliserez guère avec ceux qui auront pu s’offrir les plus belles tenues.

 

Un joli petit masque comme il y en a tant, vendu sur la place Saint-Marc

 

Quant aux soirées, on peut assister par exemple au Gran Ballo Della Cavalchina, au Théatre de La Fenice… Moyennant la somme de 650 euro par personne (auquel il faut ajouter, bien sur, le prix de la location d’un costume, donc 200 euro minimum). Pour ce prix, on a intérêt à passer un excellent moment! Bref, vous l’aurez compris, on s’est un peu éloignés de l’esprit du Carnaval tel qu’il existait à l’époque. En plus, parmi la foule des touristes, il est parfois difficile de ne pas se faire prendre pour un pigeon.

 

Néanmoins, il faut dire ce qui est, l’esprit du carnaval arrive encore à percer malgré la dérive mercantile. Les gens costumés sont vraiment sympathiques, et acceptent volontiers de poser pour les photos de n’importe qui, (cela semble faire partie du jeu du déguisement!) mais aussi de se faire prendre en photo avec les touristes, qui se bousculent sur la place Saint-Marc. ! Personnellement, je trouve que poser à côté des gens costumés, cela casse un peu la magie de la photo! Mais ça plait beaucoup aux autres touristes, surtout les japonais, qui ont tous l’air, par ici, de nager en plein rêve!

 

Le masque prend un air blasé, ou c’est mon imagination?

 

Bref, le carnaval n’est plus celui du XVIIIème siècle, mais il y a tout de même de fort belles choses qui méritent d’être admirées. Et si comme moi, on aime la photo, ça vaut carrément le détour !