Tokyo

Crépuscule sur Tokyo

Et voilà, après Cairns, Tokyo.

A Tokyo, j’ai été hébergée une semaine chez un couchsurfer très sympathique, qui cumule puisqu’il est mono-crudi-vegan. C’est à dire qu’en plus d’être vegan il ne mange que des aliments crus et un seul aliment à chaque repas (par exemple, que des bananes). Pour la petite histoire, non seulement il est parfaitement en forme, mais en plus, il n’utilise pas de shampoing et a pourtant les cheveux parfaitement propres. D’après lui, si les cheveux graissent et finissent par sentir mauvais, c’est à cause d’une mauvaise alimentation. J’avoue que c’est bluffant. Je me dis qu’un jour je deviendrai peut-être crudivore moi aussi, mais pour l’instant c’est trop contraignant par rapport à mon mode de vie itinérant, et surtout, cela limiterait les découvertes gastronomiques que je peux faire au cours de mes voyages à travers le monde.

D’ailleurs, mon couchsurfer m’a avoué que, n’étant pas d’origine japonaise, il avait goûté à beaucoup de nourritures cuites à son arrivée au Japon en dépit du fait qu’il était déjà crudivore à ce moment-là. Il avait ensuite repris son mode d’alimentation crudivore.

 

Car oui, la cuisine japonaise s’accomode fort bien du végétalisme. C’est vrai qu’on y trouve beaucoup de spécialités à base de poisson, mais les aliments végétaux sont aussi de la partie, et on trouve facilement son bonheur. Pour toi lecteur, un petit compte rendu gastronomique.

Vegan a Tokyo

Vegan à Tokyo… Par quoi commencer?

Mon coup de coeur va tout droit aux daifukus, ces boules de pâte de riz (mochis) fourrés d’une pâte de haricots sucrés, souvent parfumée avec des saveurs très diversifiées: rose, matcha, thé vert…

 

Daifukus

Ces sucreries sont fort appréciées des voyageurs vegans qui n’ont pas mangé de gâteaux depuis des lustres. On trouve aussi des boules de pâte de haricots, mais ça devient vite écoeurant.

 

Pour le voyageur affamé en en quête de quelque chose de pas trop cher à se mettre sous la dent, il y a les nigiris, boules de riz fourrées, parfois en forme de triangles, enrobées ou non d’une algue nori. Toutes ne sont pas véganes, mais on trouve un assez bon choix: algues, prunes japonaises (acides), wasabi, sésame… Bon évidemment les compositions sont écrites exclusivement en japonais mais j’ai un truc infaillible pour contrer ce léger problème: apprenez le japonais. Sinon heuuuu débrouillez-vous, hein.

 

Dans la cuisine japonais il y a aussi les bentos que j’aime beaucoup. Le fait qu’une boite à déjeuner pratique devienne le support de créations artistiques, cela illustre bien ce que j’adore dans la culture japonaise: l’intérêt omniprésent pour l’esthétique, allié à la recherche de créativité, et généralement au bon goût. J’ai dégusté un savoureux bento au loving hut de Tokyo, mais je me suis surtout promis d’en faire moi-même à mon retour. Bento Vegan (au Loving Hut)

Pour les amoureux des bentos, voir Mon Bento Végétarien. Des bentos végétariens qui sauront combler les pupilles et les papilles, c’est quand même la classe, non? (Les recettes sont véganes en grande majorité, et les autres peuvent être facilement adaptées – de toutes façons, ce blog donne surtout envie d’innover à son tour).

 

A Tokyo bien sur il y a aussi les makis. Malheureusement, les véritables restaurants à sushi offrent un choix généralement assez pauvre en sushi végétariens, ce qui peut sembler suprenant étant donné qu’en france, les restaurants à sushi sont ce vers quoi un végétalien peut se tourner pour trouver un menu qui lui convient sur la carte. Mais les restaurants de sushi sont surtout des restaurants à poisson. Néanmoins on trouve presque toujours des kapa maki (au concombre) et des makis au radis jaune dont j’ai oublié le nom.

 

Le tofu est aussi à la fête. Certaines personnes n’apprécient pas la façon dont il est cuisiné au japon, mais céest une question de goût. Je l’apprécie particulièrement frit, ou mariné dans la soupe miso.

Mais y a pas que la bouffe dans la vie.

Et donc, voici un petit album photo de Tokyo. Malheureusement, une semaine c’est bien trop court pour découvrir vraiment cette ville. Mais j’ai quand même eu le temps de prendre quelques clichés sympathiques. Très bientôt, la suite de nos aventures palpitantes….