Le végésexuel : un animal légendaire très intéressant, comme la licorne

Les végésexuels, le nouveau phénomène facheune. Oui, parce que végétarien, végétalien, c’est intéressant, certes, mais végésexuel, ça sonne carrément mieux, non? Y a « végé » mais y a surtout « sexuel ». Que demander de mieux?

Mais… Qu’est-ce qu’un végésexuel? C’est quelqu’un qui refuse de coucher avec un mangeur ou une mangeuse de viande. Pourquoi? Les raisons ne sont pas très claires, mais il parait que c’est à la mode. La preuve, tous les articles sur le véganisme en parlent – du moins quand ils sont écrits par des non véganes…
Hé oui, car parler des végésexuels dans un article sur le véganisme, cela confère plusieurs avantages non négligeables:

  • Ca permet de parler de SEXE. Et donc d’intéresser les gens. Parce que bon, le véganisme en soi, c’est pas assez intéressant pour la populâce. Le sexe c’est mieux.
  • Accessoirement, ça permet de faire passer les véganes pour des gens bizarres, vaguement sectaires, formant une sorte de groupe avec des règles de vie (si tu veux être végane tu dois faire comme ci et comme ça, et là seulement, tu as le droit de rentrer dans la grande confrérie des mangeurs de salade).
  • En attirant l’attention sur des conneries sans intérêt, ça permet surtout de passer sous silence les sujets un peu plus embarrassants, comme par exemple: doit-on arrêter de torturer des animaux pour notre confort. Entre se remettre en question et parler de zizis et de foufounes, le choix est vite fait.

Prenez cet article de rue89: Bonne nouvelle pour les vaches, les vegans progressent en France. Ho oui, quelle bonne nouvelle ! On apprend surtout que « certains végans (combien? lesquels? On ne saura pas, et l’étude citée n’en dit pas plus) refusent d’avoir des relations sexuelles avec des mangeurs de viande. »
Bigre.

C’est vachement intéressant. Tellement que ce n’est qu’après une tartine bien chargée sur la végésexualité, que l’article aborde le sujet mineur et très secondaire de la résolution du problème de la famine en Afrique. Mais qui s’en soucie?

Lire la suite

Lepen à la manifestation pour les animaux: et pourquoi pas?

Le 24 mars, ce samedi donc, aura lieu une grande manifestation pour les animaux, en vue des élections de 2012.
Je ne rentrerai pas ici dans des considérations du style « faut-il voter ou est-ce que c’est pareil que pisser dans une contrebasse »… A vrai dire je n’en sais rien. Ce qui m’intéresse, c’est que manifester est un acte politique. Et que si on veut avoir la moindre influence sur la vie des animaux, c’est bien joli de mettre du lait de soja dans son café, mais encore faut-il le revendiquer.
Revendiquer que l’animal n’est pas une marchandise, revendiquer que le spécisme est une discrimination au même titre que le sexisme, le racisme, l’âgisme et d’autres encore. Que l’utilisation de l’animal est une forme d’oppression intolérable qui, comme toute oppression, n’a rien à faire dans une société civilisée.

Bon, moi j’apprends à mon retour en France l’existence de cette manif. Je me dis chouette, un mouvement politique pour les animaux, exactement ce qu’il faut. J’ai cherché le site de la manif, donc, pour en savoir un peu plus.

Et là, je déchante. Mais vraiment. Je suis effroyablement déçue. Je n’ai lu que la première phrase du manifeste, et déjà, cette manifestation qui se veut « unitaire » annonce d’emblée la couleur, en excluant les véganes abolitionnistes et l’idée même d’abolition. Le manifeste commence ainsi:
Lire la suite

Les backpackers

Bon j’ai pas l’habitude de poster des images qui ne sont pas de moi (y a facebook pour ça), mais c’est tellement vrai et ça m’a tellement fait marrer que je ne résiste pas au plaisir de partager celle-ci.

être un backpacker

Au moment où cet article sera publié, je serai dans l’avion entre Delhi et Paris (si je calcule bien, mais je ne suis pas sure avec les décalages horaires).

This is the end

Je me suis dit que j’allais écrire une article très intéressant aujourd’hui car c’est mon dernier jour en Inde. Mais maintenant je ne sais plus trop quoi dire. C’est comme si les mots s’étaient coincés quelque part, dans un autre monde. Comment résumer un voyage de 13 mois en un seul article? Quelle idée idiote… Mais malgré tout, c’est peut-être mieux que de ne rien dire du tout.

Ce soir je vais à l’aéroport, et demain soir je serai à Paris.

le lapin au hublot Lire la suite