Misère sexuelle mon cul

Quand on parle d’abolir la prostitution, on finit toujours par se heurter à la célèbre Misère Sexuelle. La Misère Sexuelle, c’est quoi? Ce sont les hommes qui sont trooooop en manque de sexe, les pauvres, et il faut bien les satisfaire sexuellement, sinon hé bien ils sont trop malheureux.

Même si la misère sexuelle existait en ces termes, la prostitution consisterait à coller un mignon petit pansement sur une tumeur de la taille d’une pastèque. Donc elle ne règle pas le problème, évidemment, et en plus, elle fait des victimes. Déjà, ça me pose un problème qu’on sacrifie des femmes pour « sauver » des hommes, ce qui apparait, en fait, de différentes manières à chaque fois qu’on essaie de justifier la prostitution: quand le psy dont j’ai parlé hier explique les hommes auraient des besoins sexuels alors que les femmes auraient besoin d’amûûûr et seraient incapable de distinguer l’amour du sexe, ça ne le dérange pas outre mesure que certaines femmes (les prostituées) servent d’outil sexuel. Mais quoi d’étonnant là-dedans lorsqu’on s’aperçoit que c’est, en fait, le fondement même de la division de la gent féminine en Putes et Saintes. Les Putes, traditionnellement, ce sont une petite partie des femmes, que l’on sacrifie aux hommes pour pouvoir « sauver » les autres. C’est d’ailleurs pour cela que l’église a émis de nombreuses position pro-prostitution:

Par la suite, la tradition chrétienne considère la prostitution comme un moindre mal. Les Pères de l’Église en témoignent, d’Augustin d’Hippone au IVe siècle qui estime qu’elle est naturelle et permet de protéger les femmes honorables et les jeunes filles du désir des hommes, jusqu’à Thomas d’Aquin au XIIIe siècle, qui juge qu’elle est nécessaire à la société comme les toilettes à une maison : cela sent mauvais, mais sans elle(s), c’est partout dans la maison que cela sentirait mauvais.

Lire la suite

La Balade des Champignons

Quelques images de champignons prises en Inde du sud, dans le Kernataka. Je les publie ici pour ceux qui ne sont pas abonnés à ma page photographies sur facebook.

J’adore les champignons, ils sont bizarres, des fois ils sont beaux, ou alors ils sont très moches, des fois ils se mangent, et ils peuvent vous donner des idées bizarres ou extraordinaires.

Je profite de ça pour vous dire que j’ai modifié la page « Auteure« , l’ancienne restait, je trouve, trop en surface, je pense que la nouvelle permet de comprendre un peu mieux le pourquoi et le comment de ce blog.

Google, mon ami

Des fois les gens ils tapent des trucs dans Google, et puis des fois ben ils arrivent sur mon blog, et personne n’a compris ce qu’ils cherchaient, pourquoi ils arrivent là, et qu’est-ce qu’ils ont bien pu trouver. Je suis allé y jeter un oeil, et je n’ai pas été déçue. Sur les traces de Jaddo, je peux désormais moi aussi me lancer dans un petit best of.

1) Catégorie « toutes des salopes »: où se dit que c’est vraiment toutes des salopes.

que des salopes
toute des salope
toutes de salopes
tous les salope
10 raisons toutes des salopes
tout les fılle c’est tres salope
les filles sont tous des salopes
les meuf cest toutes des salope
les meufs des salopes
mec martyr par des salope
les plus salopes de toutes les salopes
ce monde est plein de salope
que des salope
formatage de la salope
ce garçon a dit que toutes les musulmanes etaient des saloppes
toute des salope toute des salope toute des salope des salope et des salope
toute des salopes volume 4
Lire la suite

La possession du corps de l’autre

On l’a vu, le couple me pose plusieurs problèmes, pouvant se résumer à de multiples restrictions de liberté propres à cette institution sociale, qui n’est pas, contrairement à ce que certains m’ont soutenu, libre des influences, des modèles et du formatage social. Pas plus libre que n’importe quoi d’autre. C’est notamment via le couple que la société, ses normes et ses règles s’invitent dans notre intimité et nous dictent nos comportements en matière d’affection, de relations sexuelles, etc.

Le principal grief que je porte au couple, c’est la possession de l’autre qu’il implique. Cette possession de l’autre va bien plus loin que de « simplement » lui interdire de partager sa sexualité ou sa tendresse avec d’autres personnes (ce qui, à mon sens, constitue déjà un abus : de quel droit ?). L’obligation à la fidélité mutuelle n’est qu’un des nombreux symptômes de la main-mise sur l’autre, sur sa sexualité, son intimité.futurama greffe tête emy fryDevoir conjugal : la loi sous les draps

Lire la suite