Cerise et Melon: Lâchez-leur la grappe.

Plusieurs mois après la parution de l’article « Toutes des salopes, ou le mythe du mec trop gentil« , je reçois toujours des avalanches de commentaires, que vous ne lirez pas parce que j’en ai un peu marre qu’on confonde cet article avec le bureau des pleurs, et de plus ces commentaires n’ont aucun intérêt, ils sont tous du même acabit, ne font pas avancer le débat d’un poil et ne concernent que ceux qui les écrivent.

Résumons. « Toutes des salopes » dresse le profil caricatural, d’un homme malheureux en amour. Cet homme, nommé Poire, est décrit comme une personne peu expérimentée des relations amoureuses, ayant tendance à croire que les femmes se méritent (et non pas qu’elles séduisent et se laissent séduire), et ayant également une sévère tendance à mettre la responsabilité de ses échecs sur le dos des autres. En d’autres termes, Poire est l’artisan de son propre malheur, puisque son attitude est inappropriée au regard de ses désirs et aspirations, ce qui explique ses échecs sentimentaux. Mais, ne comprenant pas pourquoi les choses devraient marcher autrement que ce qu’il a toujours appris théoriquement (et souvent à son insu), au lieu de se remettre en question, et souffrant d’un excès de solitude, il entre dans une spirale de haine des autres et décide que tout est la faute des filles qui ne veulent pas de lui (Représentées dans l’article par le personnage de Cerise) et/ou des hommes qui semblent avoir plus de succès que lui (représentés par le personnage appelé Melon).

Voilà. Et en réactions à l’article, nous avons des dizaines (centaines ?) de personnes qui viennent m’expliquer que Poire est une pauvre petite victime, un incompris, et que les véritables responsables de sa situation, c’est Cerise, cette grosse salope, et Melon, cet enfoiré.
Lire la suite