Éduquer sans punir: une certaine vision de l’enfant et de la société

« La punition n’apprend qu’une chose: éviter la punition. »
Skinner

J’en avais déjà parlé dans Ne le prends pas dans tes bras, notre société a une très faible estime des enfants. Ce n’est pas seulement qu’ils ne sont pas considérés comme des individus à part entière (tout au plus, on leur décerne le mérite d’être de futurs individus). Mais pire encore, ce sont des monstres. Des tyrans en devenir. Des petits êtres maléfiques, égoïstes, néfastes. Ce sont des Gremlins. Et donc, il faut les dresser.

J’exagère? À peine.

Défendre l’éducation sans punition, ce n’est pas seulement défendre la non-violence envers les enfants. C’est aussi défendre une certaines vision de l’enfant, comme un individu sensible (et donc il est cruel de lui infliger des peines), respectable (et donc il est immoral de lui faire sciemment du mal), mais aussi intelligent (il est donc stupide de chercher à le dresser comme un pigeon savant) et apte à apprendre la vie en société (et donc, point important, il n’est pas nécessaire de lui faire du mal pour qu’il sache, petit à petit, tenir compte des autres).

Petit aparté: rappel sur ce qu’est une punition

Si j’emploie ici des termes tels que « infliger une peine » ou « faire du mal », c’est parce que je me rends compte qu’il est difficile de tout dire avec les mots qu’on emploie habituellement. Les gens qui défendent la punition nient qu’il s’agisse d’une souffrance sciemment infligée à l’enfant dans le but de modifier sa conduite. C’est pourtant la définition même de la punition. Une punition n’est pas la conséquence nécessaire, normale ou naturelle d’un comportement. Une punition prend sens dans un système coercitif, et sa définition est claire: elle est une peine infligée en réponse à un manquement aux règles énoncées par l’autorité. Je n’invente rien, si on prend une définition dans n’importe quel dictionnaire, comme le Larousse:

*Action de punir, d’infliger un châtiment, une peine ; (…)

*Peine infligée pour un manquement au règlement, en particulier à un élève, à un militaire

(NB: ou à un chien…) Une punition doit nécessairement faire souffrir, sinon ce n’est pas une punition. Elle est donc à distinguer d’une simple sanction, qui peut consister en un rappel des règles de vie. Lire la suite