(Faire) croire au Père Noël

Je sais pas si j’ai un jour cru au père Noël. Un jour ma grand-mère m’a fait venir, d’un air grave, elle m’a dit qu’il n’existait pas, que c’était une histoire (j’ai failli écrire un mensonge, mais elle n’aurait pas employé ce terme) qu’on racontait aux enfants. Elle m’a demandé si ça ne me rendait pas trop triste, j’ai dit non. Elle m’a dit que je pouvais continuer à y croire tout de même, si ça me faisait plaisir. J’ai dit bof, pourquoi croire à quelque chose qui n’existe pas ? Et je suis retournée jouer.

Je sais pas pourquoi je raconte ça. Pour introduire le sujet, un peu, mais peut-être aussi pour faire comprendre que ce que je vais développer ici n’a rien à voir avec un compte personnel que j’aurais à régler avec l’histoire du père Noël. Je me souviens surtout que ma Grand-mère m’avait expliqué la chose avec beaucoup de délicatesse, avec ce respect de mes émotions qu’elle était d’ailleurs la seule adulte à m’adresser. Mais je n’avais jamais attaché grande importance au Père Noël. Sans doute parce que Noël n’était pas une fête très importante dans ma famille. On n’en faisait pas des caisses. On ne faisait même pas spécialement une fête, on avait pas de sapin. On avait des cadeaux, peu importe au fond qui les apportait. L’important c’était surtout qu’on m’offre pas des vêtements ou des livres.

D’autres personnes ont des histoires plus amères à raconter autour du mythe du père Noël. Lire la suite