Halte aux sachets cuisson

Je ne sais plus très bien comment c’est arrivé sur Twitter, mais j’ai promis d’écrire un article sur les sachets cuissons. Et je sais pas très bien comment ça s’est goupillé non plus mais je tease depuis des mois ce foutu article sur les sachets cuissons en sous-entendant que ce sera un monument de journalisme ou je ne sais quoi.

J’ai bien essayé de créer une machine à remonter le temps et d’aller voir mon moi du passé en lui disant un truc comme « je n’ai que quelques minutes, il faut que je t’avertisse : ne promet surtout pas un article sur les sachets cuisson, et surtout ne tease pas comme une connasse en disant qu’il sera vachement bien ». Mais d’une part, mes compétences en bricolage ne dépassent l’installation d’une lunette de toilettes et la fabrication de boîtes artisanales à l’odeur de chicorée.

As-tu vu mes boîtes

Elles sont belles, mes boîtes.

Donc c’est raté pour la machine à voyager dans le temps (en plus, ça coûterait probablement un bras, et j’ai déjà vendu mon âme contre une recette de cookies à la patate douce, et puis j’ai besoin de mes deux bras). Pire, si je me trompe je risque d’arriver dans les années 80, et merci mais non merci. D’autre part, je trouve complètement con de déranger mon moi du futur pour si peu alors que si mon moi du passé avait pris la peine de réfléchir deux minutes, elle aurais su que c’était une mauvaise idée de promettre un article sur des sachets cuissons et de teaser comme une connasse.

Mais qu’importe. Après tout, c’est vrai que je n’ai jamais réglé mes comptes avec les sachets cuissons. ILS ME METTENT EN COLERE. Donc c’est une très bonne occasion de le faire. Sachez-le, les sachets cuisson sont maléfiques. Je pèse mes mots.

Voici le résumé de mon réquisitoire contre le sachets cuissons :

  1. Les sachets cuisson vous arnaquent

  2. Ils sont probablement mauvais pour la santé

  3. Ils sont pas écolo

  4. Ils servent à rien

1- Commençons par le commencement: l’achat d’un paquet de riz.

Cas d’école : mettons que vous envoyiez votre conjoint.e faire les courses. Et que, pour une raison totalement déraisonnable, votre cœur soit épris d’une personne qui n’y connait rien en riz (non mais franchement, je vous jure). (Non mais il doit y avoir des raisons, genre il ou elle est super doué.e au pieu, mais bon quand même).
La personne n’y connaissant rien en riz choisit un paquet de riz de belle taille et vous le ramène fièrement à la maisn. Bon faites gaffe parce que dans ce cas de figure vous avez quelqu’un d’autre à blâmer mais ça peut vous arriver aussi si vous ne faites pas attention. Bref, vous avez un beau paquet de riz. Il ressemble à n’importe quel autre paquet de riz qui se respecte.

Vous ouvrez votre paquet de riz, et là, enfer et damnation : c’est un paquet avec des sachets cuisson.

Pourquoi le sort s’acharne-t-il ainsi sur vous? Vous pensiez enfin être heureuxse, et voilà que la cruauté du destin vous frappe à nouveau.

Pourquoi est-ce une arnaque?

Hé bien, un paquet de riz contient normalement environ : du riz.

Un paquet de sachets cuissons de la même taille contient à peu près 30% de riz, 10% de plastique et 60% de rien du tout. C’est à dire que les sachets sont tout petits, qu’y en a 3 ou 4 qui se courent après et qu’y a à peine de quoi remplir un bol. Mais comme personne n’est prêt à payer un tout petit paquet de riz pour le même prix qu’un paquet de riz 3 fois plus gros, la lie de l’humanité que constituent les gens du marketing vend les sachets de riz dans un paquet de la même taille qu’un paquet ordinaire contenant beaucoup de riz. Donc pour à peu près le même prix vous avez trois fois moins de riz et du plastique.

2- Cuire sa bouffe dans du plastique non mais est-ce que vous êtes sérieux

Parlons un peu de ce plastique. Est-il sûr d’un point de vue santé ? Franchement, j’en doute. D’autant plus qu’en menant l’enquête sur les sachets cuisson, j’ai découvert que ces objets du démon ne se limitent pas au riz. Ils existent pour d’autres aliments et on peut même acheter des sacs plastiques dans lesquels cuire un poulet. Outre que l’idée me paraisse étrange, pour ne pas dire dégueulasse, je me suis demandée ce qu’il en était des conséquences sur la santé de cuire de la nourriture dans du plastique (l’article de vegactu ci-dessus linké répond plus ou moins à la question, ces sachets cuissons délivrent des substances cancérigènes dans la nourriture, je suppose que si on en mange rarement ça va encore, mais de façon régulière ça me paraît bien craignos). En plus, je trouve déjà pas terrible de faire bouillir du plastique, mais au four c’est encore pire étant donné que les températures sont bien plus élevées que les 100 degrés celsius nécessaires à la cuisson du riz, et beaucoup plus longues pour un poulet que pour du riz, donc on peut supposer que davantage de substances potentiellement mauvaises pour la santé sont libérées. Mais bon, même à faire bouillir quelques minutes dans une casserole, je me méfie du plastique. Je suis pas une paranoïaque de la santé, je mange pas bio ni rien et je n’ai rien contre l’utilisation du four à micro-ondes ; mais j’estime que c’est quand même une règle de base de ne pas chauffer du plastique. Si vous vous servez d’un micro-ondes, je vous suggère fortement de ne rien y chauffer dans du plastique. Il existe beaucoup de sortes de plastique, j’ai totalement la flemme de me renseigner sur lesquels contiennent des substances cancérigènes ou des perturbateurs endocriniens, alors que transvaser les machins à chauffer dans un récipient en céramique ou en verre, c’est une précaution qui ne coûte pas grand chose. Et même sans se servir d’un micro-ondes, il est préférable de réserver les bols en plastique pour la nourriture froide. Bon après c’est pas la mort si une fois de temps en temps vous mangez votre soupe chaude dans un bol en plastique, et même ces saloperies de sachets cuissons ne vont probablement pas vous tuer à la première utilisation ; mais c’est quand même pas génial.

3- Les sachets cuisson sont mauvais pour la planète

Pas besoin d’en dire beaucoup : la fabrication du plastique est polluante et en plus le plastique se retrouve ensuite dans la nature où il forme des continents entiers de merde.

As-tu vu mon plastique

Vos prochaines vacances

Bien sur il faudrait trouver des solutions pour remplacer les très nombreux objets du quotidien faits en plastique que nous utilisons, mais ce n’est pas forcément évident de trouver des alternatives pour tout. En ce qui concerne les sachets cuisson, franchement ils ne servent à rien et c’est dommage de polluer pour ça. Ce qui nous amène au point 4.

4- Les sachets cuisson sont inutiles, si si

J’en tombe de ma chaise, mais il est possible que des gens achètent volontairement des sachets cuissons, et ce malgré l’arnaque qu’ils représentent, étant 3 fois plus chers que du riz normal. « Je ne sais pas cuisiner » est l’excuse principale de ces énergumènes, rapidement suivie par « les grains de riz ils se coincent dans la passoire et c’est chiant à laver ».

Alors d’accord, tout le monde n’aime pas cuisiner et y a plein de gens que ça gonfle, ça je peux aisément le comprendre. En revanche, aller jusqu’à acheter des sachets cuisson, y a de la marge. Je pense que tout le monde devrait apprendre à cuire du riz, surtout les gens qui ne savent pas cuisiner, puisque quand on sait pas cuisiner on mange du riz, et autant qu’il soit bon. Apprenez à cuire du riz, vraiment. Vous ne dépendrez plus de ces saloperies de sachets cuisson, donc vous ferez des économies, vous épargnerez votre santé et grâce à vous il y aura quelques sachets de moins sur le continent de merdes en plastique. Et ne vous souciez plus des grains qui se coincent dans les passoires, ils sont un faux problème car il n’y a pas besoin de passoire pour cuire du riz. Je vais vous démontrer que les sachets cuissons ne servent à rien en vous apprenant immédiatement comment cuire du riz délicieux sans se fatiguer. Le résultat est un peu comme avec un cuiseur de riz, mais tout ce dont vous avez besoin est d’un verre ou d’une tasse, d’une casserole avec un couvercle et d’un torchon.

  1. Mettez 1 tasse de riz pour 2 tasses et demi d’eau froide dans votre casserole (avec un peu de sel de préférence)

  2. Faites bouillir. A un moment l’eau va baisser et faire des trous dans le riz. Alors oui je vais préciser car plein de gens m’ont demandé MAIS C’EST QUOI LES TROUS DANS LE RIZ ?? Soyez pas cons, c’est pas les grains de riz qui se trouent. Vous voyez l’eau qui bout, ça fait des genres de bulles. Ben quand l’eau a suffisamment baissé, les bulles font des genres de trous dans le riz qui repose sagement au fond de la casserole. Je peux pas vous dire quand, car ça dépend entre autres de la quantité d’eau et de riz. Mais en général je compte entre 5 et 10 minutes.

  1. Quand vous avez vos trous de riz, vous couvrez votre riz d’un couvercle enveloppé dans un torchon et vous éteignez le feu, mais sans bouger la casserole.

  2. Vous laissez reposer environ 10 minutes. Le riz va finir d’absorber l’eau, puis refroidir tranquillement pour être pile mangeable et délicieux quand vous soulèverez le couvercle.

Ce qui est bien avec cette technique c’est que non seulement vous vous passez de ces SALOPERIES DE SACHETS DE PLASTIQUE DE MERDE mais surtout, quand vous enlevez le couvercle au bout de 10 minutes, le riz est cuit à point et légèrement refroidi. Donc non seulement le riz est bon mais il est totalement prêt à être consommé et vous n’allez pas vous brûler avec des sacs plastiques bouillants. Et si vous préférez le riz moins cuit, vous pouvez mettre seulement 2 verres d’eau par verre de riz.

ATUVU MON RIZ

je cuis toujours mon riz comme ça et franchement c’est bon

Si vous êtes foufou, vous pouvez ajouter au moment où vous mettez le riz dans la casserole : de l’ail, des échalotes, des épices (le curcuma c’est cool ça fait du riz tout jaune), des petits pois ou tout ce que vous voulez.

21 réflexions au sujet de « Halte aux sachets cuisson »

    • Je sais pas trop, je suppose que ça absorbe le surplus d’humidité… J’avoue que j’ai jamais essayé sans torchon, si quelqu’un veut faire un test pour voir si c’est vraiment indispensable…

      • Non, tu n’as pas besoin du torchon. De la même manière, tu peux aussi garder le couvercle dès le début pour que la montée en température soit plus rapide. Faut juste surveiller, parce que dès que ça bout, ça a tendance à déborder… donc, là, on découvre pour l’évaporation.
        Et oui, le truc, c’est de voir les trous.

        Manière l’autre recette de riz avec trop de flotte et une passoire, c’est pour pour les riz pas bons qui ne collent pas… franchement, j’ai détesté le riz toute mon enfance à cause de ça : des petits grains durs et chiants à bouffer. La découverte du riz asiatique a changé ma vie.
        Merci pour ce papier indispensable.

        Tu en as un sous le coude pour les ouvertures faciles?

        • Les ouvertures faciles beaucoup de gens en parlent déjà et râlent de façon satisfaisante. Quoique j’ai réalisé récemment que « mais oui une ouverture facile ça doit s’ouvrir facilement quand on veut l’ouvrir mais ça doit ne surtout pas s’ouvrir tout seul pendant le transport du produit sinon ils perdent de l’argent, bon sang mais c’est bien sur ». C’est une révélation parce que ça explique en grande partie pourquoi les ouvertures faciles sont nulles.
          Ton commentaire était parti en indésirable, je sais pas pourquoi…

  1. Cet article se devait d’exister, je n’avais même pas vu le teasing xD
    Malgache d’origine, c’est tout simplement une hérésie de consommer du riz en sachet et/ou de le passer à la passoire Oo
    Je ne connaissais pas l’astuce du torchon, du coup je m’y essayerai.
    Mon prof de cuisine lorsqu’il cuit son riz rajoute une algue kombu (je crois) et le rendu est pas mal :)

  2. Hello !

    Sans vouloir faire le lourd de service (mais je vais le faire quand même) : Sur le plastique dans l’alimentaire et la santé, Sources ?

    Parce que perso j’ai rien trouvé de concluant, et les travaux de l’OFSP la dessus ne semble pas du tout dire ce qu’en relaie vegactu, et ce que j’ai trouvé en général sur le plastique dans l’alimentaire le consensus à l’air de pencher vers la non-dangerosité.

    • mmmh j’sais pas, cette histoire de PET dégageant de l’antimoine à la cuisson m’avait l’air sérieuse, mais j’avoue que j’ai pas vérifié (flemme).
      Pour les substances cancérigènes j’avoue ne jamais avoir étudié le sujet de près, mais pour ce qui est des perturbateurs endocriniens par exemple je sais qu’ils peuvent effectivement migrer du plastique vers la nourriture, donc pourquoi pas d’autres substances?
      Désolée je sais que c’est un peu léger comme réponse mais si tu trouves des sources intéressantes, elles sont les bienvenues (pour une fois que les commentaires servent à quelque chose)

      • Ben tu prends le problème un peu à l’envers, dans le sens ou en science c’est difficile de prouver qu’il n’y a pas de dangers. Je pourrais chercher toutes les études que je trouve qui disent que les plastiques utilisés en cuisine sont safe, que tu pourrais très bien rétorquer « oué mais ils ont ptet pas testé ça ou ça, ou mesurer tel truc possible… » et tu aurais pas tord.
        Le mieux c’est de trouver des papier scientifiques reproduits et peer-reviewed qui prouvent un risque avec les types de plastique utilisés en alimentaire. Et si je te demandais tes sources, c’est justement parce que j’en ai pas trouvé.
        Le mieux que je puisse te linker, c’est des articles expliquant pourquoi ils sont considérés safe, et, jusqu’à preuve du contraire, se référer au consensus scientifique actuel qui n’a pas trouvé de dangers dans les plastiques alimentaires, puisque c’est la dessus que s’appuie les instances de régulation (FDA pour les américains par exemple, sachant que les norme européenes sont largement aussi strictes, souvent plus) pour légiférer (les plastiques qui présentaient des risques ont été écartés des utilisations alimentaires depuis un moment).
        Exemple de sources relativement sérieuses, mais y’en a pas mal d’autres :
        http://www.health.harvard.edu/staying-healthy/microwaving-food-in-plastic-dangerous-or-not
        http://www.webmd.com/food-recipes/features/mixing-plastic-food-urban-legend#3

        Mais si j’ai tiqué sur la partie science et dangers pour la santé, sache que je suis à 100% avec toi sur l’inutilié du riz en sachet, et qu’en plus c’est moins bon que du bon riz thai (mon préféré <3)

        Bref je te z'aime et je z'aime ton blog, auquel je souhaite une vie longue et prospère, et que le chant des oiseaux et les doux rayons du soleil de printemps t'accompagnent partout ou tu vas pour l'éternité +2ans !

  3. Ahaha, je me souviens quand tu avais dit que tu ferais un article là dessus, je me suis dit « elle est folle ! »
    C’est drôle je tiens l’astuce du torchon par des Malgaches :)
    Dans leur recettes ils disent 2 verres d’eau pour le premier verre de riz et 1 verre et demi pour les suivants (oui ils en cuisinne toujours une tonne d’un coup, réunion de famille, famille nombreuse qui mange du riz à tous les repas…). Le torchon permet d’une part d’absorber l’humidité et de faire une meilleure étanchéité, et donc le riz fini de cuire à la vapeur.
    Moi dans les faits je connais plein de variantes à cette recette avec ou sans couvercle, avec ou sans torchon, avec plus ou moins d’eau, avec casserole à fond épais et thermomètre dans le couvercle, ou complètement à l’arrache, au final ça change peu de chose, faut couvrir le riz avec de l’eau, pas trop, puis laisser cuire jusqu’au trous de riz puis réduire sans couvrir ou couper et couvrir. à chaque fois ça marche. Même si je fait toujours la recette du torchon pour les raisons que tu énonces. Enfin sauf quand j’ai fait les courses dans un magasin qui ne vendait pas de riz sans sachet cuisson ! (oui ça fait un mois que je cuisine mon riz en sachet cuisson, je suis bien embêtée, on sait jamais quand il est cuit, faut penser à regarder l’heure !!)

    Note pour les personnes ne sachant pas cuire le riz : 1 truc sur les proportion :
    1 verre de riz (les petits verres genre pot à moutarde ou verre Duralex de la cantine) = 2 personnes. Du coup c’est simple, autant de verres d’eau que de nombre de personnes, et 2 fois moins de riz :)

    • C’est vrai que c’est toi qui m’avait donné cette recette! Merci encore du coup, elle convient parfaitement à mes feignantise et mon goût pour le riz. (en plus elle constitue une valeur ajoutée pour cet article). Enfin c’est vrai que je dose un peu à l’œil maintenant et ça donne toujours de bons résultats, c’est pas une science exacte.

  4. Bonjour,

    Merci pour cet article, qui, s’il a une portée politique clairement moindre à celle de précédentes publications, a le mérite infini de contenir… une recette pour le riz ! J’avoue que je fais partie de cette sous-catégorie d’humains (qui se croit) incapable de cuisiner du riz. J’en ai honte, bien sûr, d’autant plus qu’à côté de ça j’adore cuisiner, je le fais beaucoup/souvent, et j’ai la prétention de bien savoir le faire (avec mention invention de nouvelles recettes véganes savoureuses – aucune ne contenant du riz, tu t’en doutes). Et pourtant, ce satané riz m’a toujours brûlé entre les mains/les parois de la casserole… Je testerai donc ta recette, et t’en remercie !
    Mais tu t’en doutes, mon commentaire n’a pas (seulement) pour but de te raconter ma vie et d’abonder en ton sens sur le sujet du présent article. Ayant découvert ton blog il y a quelques semaines, j’en suis rapidement devenu un lecteur passionné, étant donné que tu dis/écris une TRES grande quantité de choses que je me suis contenté de penser jusque-là. Mais j’ai remarqué une chose : tu te positionnes en faveur du féminisme, mais tu continues à utiliser des jurons/insultes à connotation sexiste, comme « con », « connasse », « putain », etc. T’es-tu penchée sur la question ? Ai-je simplement manqué un article dans lequel tu justifiais leur emploi ? J’ai remarqué que c’était quelque chose que les militant.e.s féministes évitaient de faire. C’est également souvent associé à l’utilisation de l’écriture inclusive, etc. Qu’en penses-tu ? Peut-être pourrais-tu écrire un article sur ce sujet ?

    Cordialement,

    Un fan

    • Salut et merci. j’allais te répondre que je n’avais pas envie de me justifier ni d’écrire un article sur le sujet. Mais comme le sujet est important j’ai commencé à me justifier un peu et ça a commencé à ressembler à un article; Donc j’écrirai surement un article sur le sujet. Mais pour la faire courte, oui je fais un peu gaffe, même si certaines choses peuvent m’échapper et je ne considère pas que « connasse » soit forcément un terme sexiste.

      • Merci pour ta réponse ! Je trouve aussi que c’est un sujet important, il m’est apparu en travaillant avec des enfants ou simplement en en côtoyant que j’avais un langage parfois vulgaire et c’est en essayant de me débarrasser d’abord de cet aspect-là que j’ai fait le lien avec des articles féministes que j’avais lus sur le sujet. Du coup, c’est comme ça qu’on en arrive, dans la vie de tous les jours, à s’exclamer « Purin de merle ! » ou « Mais quel fion, celui-là », sans oublier mon préféré « Flûte ! » – étant moi-même flûtiste, je trouve ça génial que mon instrument soit en même temps un juron… :D Le langage en lui-même véhicule des idées, une culture, et ce n’est pas un hasard je pense si certaines langues ont des jurons plutôt scatos, d’autres plutôt religieux, d’autres plutôt sexistes, etc. – y aurait des études sympas à faire sur le sujet, d’ailleurs ! En tout cas, le langage, c’est justement qlq chose qu’on passe aux générations suivantes, qui l’assimilent très vite et parfois, sans saisir entièrement ce que ça signifie…

        Continue ce que tu fais ! (stp)

        • Quant à savoir si ces termes sont ou pas de nature sexiste, je te laisse y réfléchir. Mais tu connais, je pense, l’opinion de la majorité des féministes à ce sujet… Je dois avouer qu’aujourd’hui, ça m’interpelle. C’est pourquoi j’ai réagi en t’écrivant :)

  5. J’avais estimé à environ 20% les chances que tu écrives vraiment cet article. Me voilà donc comblée. Est-ce que ça veut dire qu’on peut espérer aussi le retour des articles sur le féminisme, ou bien c’est pas prévu? J’aime beaucoup ton blog, et ça me manque, de te lire.

    • Pour le féminisme, c’est possible, mais si ça arrive ce sera probablement des trucs un peu légers et rigolos, pas vraiment des articles de fond.

  6. Je ne savais même pas que ces trucs existaient…

    Je me pose quand même une question technique : vu la propension du riz à coller (surtout quand il est trop cuit), ça doit être un calvaire d’enlever chaque grain de riz collé au sachet à la fin de la cuisson, non ?

    PS. Merci de ne pas avoir débranché ton blog :)
    C’est en le lisant que j’ai arrêté la viande et autres trucs d’origine animale. Je ne pense pas que les « militants » qui harcèlent et insultent sur les réseaux sociaux puissent revendiquer la même efficacité que ton blog pour rendre le monde un peu moins injuste.

  7. Sinon pour les vrais feignasses mais qui ont un peu de sous devant eux, l’autocuiseur de riz est sinon la solution miracle (et on peut aussi faire des pates avec, voir de la cuisson vapeur).
    Par contre, je sais pas si c’est plus ou moins énergivore que de faire bouillir de l’eau au gaz ou à la plaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *