Lepen à la manifestation pour les animaux: et pourquoi pas?

Le 24 mars, ce samedi donc, aura lieu une grande manifestation pour les animaux, en vue des élections de 2012.
Je ne rentrerai pas ici dans des considérations du style « faut-il voter ou est-ce que c’est pareil que pisser dans une contrebasse »… A vrai dire je n’en sais rien. Ce qui m’intéresse, c’est que manifester est un acte politique. Et que si on veut avoir la moindre influence sur la vie des animaux, c’est bien joli de mettre du lait de soja dans son café, mais encore faut-il le revendiquer.
Revendiquer que l’animal n’est pas une marchandise, revendiquer que le spécisme est une discrimination au même titre que le sexisme, le racisme, l’âgisme et d’autres encore. Que l’utilisation de l’animal est une forme d’oppression intolérable qui, comme toute oppression, n’a rien à faire dans une société civilisée.

Bon, moi j’apprends à mon retour en France l’existence de cette manif. Je me dis chouette, un mouvement politique pour les animaux, exactement ce qu’il faut. J’ai cherché le site de la manif, donc, pour en savoir un peu plus.

Et là, je déchante. Mais vraiment. Je suis effroyablement déçue. Je n’ai lu que la première phrase du manifeste, et déjà, cette manifestation qui se veut « unitaire » annonce d’emblée la couleur, en excluant les véganes abolitionnistes et l’idée même d’abolition. Le manifeste commence ainsi:

L’homme utilise les animaux pour lui tenir compagnie, pour la recherche médicale, pour se nourrir, s’habiller ou se divertir. Il devrait, en retour, avoir un devoir moral vis-à-vis d’eux.

Ha bon, alors en gros, on a le droit d’utiliser les animaux pour en faire des escalopes ou des moufles, mais attention! En échange on a un « devoir moral » vis-à-vis d’eux !
Tiens, transposons cette si gentillette phrase à une autre lutte qui m’est chère, pour voir ce que ça donne. Le féminisme:

L’homme utilise la femme pour lui tenir compagnie, pour lui préparer ses repas, pour élever ses enfants, et pour ses services sexuels. Il devrait, en retour, avoir un devoir moral vis-à-vis d’elle.

Qu’en pensent les féministes? Est-ce que vous participeriez, en tant que féministe, à une manifestation dont le manifeste commencerait ainsi? Tiens, essayons encore.

L’homme blanc utilise l’esclave pour cultiver ses champs de coton, pour fabriquer ses chaussures de sport, pour les services domestiques. Il devrait, en retour, avoir un devoir moral vis-à-vis de lui.

Et moi, alors que je me bat pour l’égalité de tous les êtres vivants, je devrais aller à cette manifestation qui cautionne l’utilisation des animaux? Devons-nous à ce point-là prostituer nos combats, nos idées? Que faire?

Je suis en colère, vraiment. J’ai envie de secouer les gens, de leur dire: c’est tout ce que vous êtes capables d’exiger? Des droits et des devoirs en échange? Un contrat social imposé à des êtres sans défense, à qui on ne donne par leur avis, qui, s’ils pouvaient signer, diraient non? Une domination injuste et arbitraire que vous cautionnez? Sous réserve qu’elle soit « plus douce »?
Qu’est-ce que vous voulez, au fond? Qu’on enlève le veau gentiment à sa mère, sans trop le tabasser, pour prendre un peu son lait mais pas trop, et puis l’égorger gentiment? Et puis en égorger un peu moins, ha oui, parce que si on mangeait un peu moins de viande, si de temps en temps, on en sauvait un…  Mais pas trop souvent, faudrait pas être extrémistes !

Bref. Le pire, c’est que j’ai appris l’existence de cette manifestation parce que Jean-Marie Lepen compte s’y rendre (information sur le site du FN). Alors que les Lepen soutiennent la chasse, entre autres nuisances infligées aux animaux, et manifestent aux côtés des chasseurs (voir notamment le site politique et animaux).

Mais franchement, est-ce si étonnant? Pas la peine de pousser des hauts cris parce que Lepen vient à cette manifestation. Après tout, si j’en juge par le manifeste (et par quoi d’autre en juger?) cette manifestation prend bien soin de ne pas protester contre les discriminations faites en fonction de l’espèce, à ne pas remettre en question la domination d’une espèce sur l’autre. Et je ne vois pas pourquoi Lepen n’aurait pas le droit lui aussi d’être welfariste. Je ne vois pas pourquoi il n’aurait pas le droit de s’intéresser au bien-être animal. Après tout, le bien-être animal ne remet pas en cause les systèmes d’oppression, ni contre les humains ni contre les autres animaux.

Lepen à une manif abolitionniste, là j’aurais tiqué. J’aurais dit qu’on ne peut pas décemment lutter contre la discrimination sur la base de l’espèce à partir du moment où l’on encourage d’autres types de discriminations (contre les immigrés, les femmes, les pauvres…). J’aurais dit que soit on est pour les hiérarchie sociales, et à ce moment-là être d’extrême-droite ne pose aucun problème; soit on est contre, et alors on est antiraciste, antisexiste, antifasciste, antispéciste, et opposé à tous les autres systèmes d’oppression injustes et arbitraires, qu’ils soient basés sur la religion, la couleur, l’âge, le sexe, ou l’espèce.

Source image: http://powerrangers.wikia.com

Mais là, Lepen vient participer à une manif qui dit qu’on a le droit d’utiliser les animaux, mais qu’on a un vague « devoir moral » envers eux, qui est bien pratique puisqu’on décide nous-même des modalités du contrat (on est juge et parti, donc). Les chasseurs sont d’accord, les éleveurs sont d’accord, les scientifiques qui utilisent des animaux sont d’accord (je vous rappelle que j’ai travaillé dans la recherche, j’ai jamais rencontré un expérimentateur qui était pas d’accord avec ça), et je pense que les fourreurs, pêcheurs et tous les producteurs d’animaux destinés à servir à quoi que ce soit sont d’accord aussi. Pourquoi Lepen ne serait pas d’accord? Parce qu’il est raciste?

Si on est spéciste, on a le droit d’être raciste. C’est ce que je me tue à expliquer en long, en large et en travers sur ce blog. Les discriminations fonctionnent toutes de la même façon. Lepen a le droit d’être spéciste et de vouloir être gentil avec les animaux, de la même façon que tout le monde a le droit de manger de la viande « élevée en plein air » pour s’acheter une conscience.

Evidemment, face à la présence de Lepen, certains ont dit qu’ils ne viendront pas à la manif. Et d’autres claironnent « mais venez quand même, les animaux, ça a rien à voir avec la politique! » Ha bon? Alors pourquoi faire une manif juste avant les élections?

De toutes façons si les animaux n’ont rien à voir avec la politique, je démissionne. Si être végane c’est être gentil avec les animaux à titre personnel sans rien exiger de la société, autant me taper une bonne côte de veau. Ou pourquoi pas du chien ou du cheval, un truc mignon, pour bien dégoûter les bien-pensants.

Lepen à cette manif? Personnellement je ne vois pas ou est le problème. Et c’est bien ça qui me désole.

51 réflexions au sujet de « Lepen à la manifestation pour les animaux: et pourquoi pas? »

  1. Bein, que rajouter à ça ? Total respect, je me prosterne à tes pieds. Tu peux me piétiner si tu veux, à condition d’avoir un devoir moral vis à vis de moi. o-O
    Plus sérieusement, je suis totalement d’accord avec toi, et je ne comprendrai jamais le raisonnement illogique et cloisonné des humains bien pensants, leur manque de vision globale des choses. Merci pour tes pensées très inspirées et toujours très fouillées ! Je suis fan de ton blog et je pense très sérieusement que tu devrais publier un bouquin : une arme de re-construction et de régénération massive de l’humanité.

    • Illogique et cloisonné tant ils ne se mettent pas à la place de la victime. Pas une seule seconde de leurs vies.

    • idem… merci pr ce texte. je viens de lire son contenu ainsi que les commentaires, et je vais me décliner de cette marche.
      je participerai à toutes les autres actions plus dignes d’un vrai respect de la vie animale.

  2. Évidemment. D’ailleurs, Le Pen est pour la restauration de la peine de mort, ce qui prête doucement à sourire.

    • Il en est bien capable ce con. s’il fallait lister toutes les absurdités du programme du FN on aurait pas fini !

  3. Il faut dire aussi que quand des personnes lancent pour mot d’ordre : « Pour les interpeller, un seul message : « En avril 2012, nous donnerons notre voix aux candidats qui prendront en compte la protection des animaux ! » », il ne faut pas qu’elles s’étonnent de la suite…

    Je suis tellement consterné·e par cette marche, hélas assez représentative du militantisme en France.

  4. Je n’avais pas encore lu le manifeste et j’envisageais de me rendre à Nîmes ce week-end-end. Merci de m’avoir ouvert les yeux.

    Cette manifestation ne me convient pas, j’irai donc donner de la voix pour une action bien plus importante : Contre les transports d’animaux par Air France en direction des labos de vivisection : Air Souffrance.

    Merci encore.

  5. Et moi qui pensais naïvement qu’il s’agissait d’une manifestation abolitionniste ><
    Et le pire c'est que cette marche va faire parler d'elle, alors que lorsqu'il s'agit de vrais actes militants tout le monde regarde ailleurs.
    C'est affligeant.

  6. vous avez raison C’est affligeant de vous voir démolir des gens qui luttent pour les animaux
    A gerber !

        • NON JE M’ADRESSEa CEUX ICI QUI ESSAIENT DE DeMOLIR LA MARCHE POUR LES ANImaux

          c’est ça qui est à gerber :
          « Et le pire c’est que cette marche va faire parler d’elle, alors que lorsqu’il s’agit de vrais actes militants tout le monde regarde ailleurs. »

          et ça aussi :
          « Je suis tellement consterné·e par cette marche, hélas assez représentative du militantisme en France. »

          et ça aussi…
          les manifestants ne seront qu’une demi-voix pour les animaux

          bien assises planquées derrière leur clavier…

          • Perso, je suis malheureusement pas trop du genre à descendre dans la rue, j’ai pas encore pris le pli. Mais si je conçois que les propos de l’elfe puissent ne pas te plaire, que penses-tu de cette accusation de prosélitisme ?

            Cette manifestation, par manque d’information ou délibérément, exclut les abolitionnistes et les antispécistes par son manifeste. N’est-ce pas vrai ?

            Or, en se prétendant vaguement unitaire (avec une certaine sorte de démagogie), et en étant surmédiatisée, elle exclut de l’espace public cette catégorie de militants. N’est-ce pas une pratique malheureuse ?

            Et ne peut-on pas dire qu’une manifestation moins large, mais plus cohérente sur le plan intellectuel (abolitionniste par exemple) est plus intéressante qu’une vague profession de foi « pour » les zanimaux ?

            Enfin, à proprement parler, personne ne démolit les gens qui « luttent pour les animaux ». Pas d’argument ad hominem. Mais une désapprobation de cette action particulière, et d’une prise de position trop vague et consensuelle (donc, pas vraiment prise de position).

          • @ Alinette, cet article met malheureusement à jours les incohérence de ce qui se veut être la soit disant protection animale

  7. Aïe… Effectivement, analysé par une conscience toute entière destinée à libérer les animaux de l’homme, ce début de manifeste est mal rédigé. Très mal. Voire lâche et pire, traitre puisque la « morale » y est foncièrement bancale. Ton argumentation est parfaitement stable sur ce point.
    NB: L’effet LePen sera peut être, si bien géré (je croise les doigts), l’opportunité de focaliser les feux des médias sur cette manif.
    Deux paragraphes plus loin il est quand même écrit dans le manifeste, que ce mouvement dénonce la maltraitance et les actes de cruauté. Ainsi, c’est uniquement la voix hurlante de douleur qui se fera entendre.

    En conclusion, les manifestants ne seront qu’une demi-voix pour les animaux car pour qui les aime vraiment, les animaux sont capables de communiquer autre chose que la souffrance, c’est donc qu’il faut les respecter aussi pour cette similitude avec les sentiments humains. Sensibles.
    Me posais cette question tant le début du manifeste part dans toutes les directions. ( La Grèce y est même abordée. Qui cherche t’on à apitoyer ? Pas franchement réfléchi tout ça. Pas intègre… ): N’est-ce pas l’ego de certain(s) défenseur(s) des animaux qu’on entend le plus fort dans ce manifeste ? Car oui cet évènement a été préparé à la va-vite, tente de concilier des vues, et surtout est sans autre réflexion que se montrer dans l’action, si possible devant, les animaux eux, bien en retrait derrière, avec les choses. (C’est mon ressenti).
    Heureusement toutes les associations organisatrices ne sont pas sur ce plan là.
    Ni celles qui manifesteront à l’arrière du défilé. Ni les anonymes sincères, qui pour quelques uns ne savent pas toujours que bouffer un cadavre c’est participer à la souffrance et aux sévices graves. Le wide, la vrille totale, le live avec des paillettes festives…Pfffff.
    Bref, t’es revenue des horizons du monde… et toujours l’inconscience humaine est meurtrière pour les animaux…

    • Je viens d’apprendre, en discutant sur le mur facebook de l’évenement, que, je cite:
      « nous ne dénoncons pas les abattages musulmans on dénonce l’étourdissement ou non des bêtes. Et vous savez très bien que l’on ne peut pas interdire de manger de la viande c’est ça aussi la liberté ;) »
      Un autre renchérit: « mais oui la liberté est de manger des animaux bien sur et je le revendique, ne me dites pas que en famile vous ne mangez pas de viandes? ou je vous plaint !! Je suis désolé chaque religions a son rituel,ET JE LE RESPECT !! ce que je n’admet pas c’est au niveau des etiquettages, ou rien n’est mentionné. » »

      Donc voilà, comme ça c’est clair, on ne me verra pas à cette manif !

      • Ha oui Facebook. Le Graal social, la Babel Tower de la réflexion concentrée (en deux mots)…
        Je note ici mon rire (cynique) du jour dans les commentaires :
        **Je suis désolé chaque religions a son rituel,ET JE LE RESPECT !! ce que je n’admet pas c’est au niveau des etiquettages, ou rien n’est mentionné.**

        Ah bon ? Le manque d’étiquetage est inadmissible ? Mais les rituels religieux de souffrance sont respectables n’est-ce pas ! Oufff ! J’ai eu peur que la lapidation, l’excision et autres tortures religieuses soient encore malmenées à cause d’une étiquette manquante.

        Pauvre type.

        • Non mais oui, tu as le droit de torturer tout ce que tu veux, tant que t’y colle une étiquette après.

          Mais ce qui me fait bien rire (jaune) aussi, c’est l’autre con qui me dit que je dois manger de la viande EN FAMILLE (ben oui quand on est en famille on mange de la viande, sinon encore ça va) et en plus il me plaint. Ben oui parce que si je mange pas de viande en famille, ma vie est merdique. On retrouve là toute l’ouverture et les larges horizons typiques de l’extrême droite.

  8. Pas mieux.
    A partir du moment où on écrit « L’homme utilise les animaux pour lui tenir compagnie, pour la recherche médicale, pour se nourrir, s’habiller ou se divertir. Il devrait, en retour, avoir un devoir moral vis-à-vis d’eux. », je ne vois pas exactement ce qu’on revendique, à part embrasser une pensée universelle qui ne dérange personne. Tout le monde est d’accord pour dire que « Faire du mal aux animaux, c’est pas bien, sauf si on est un peu obligé. ».
    Tout le monde s’y retrouve, tout le monde peut participer, sans rien changer. C’est parfait.

    Dans le même esprit, on devrait faire une « Manifestation Contre Les Cons », ils viendraient tous.

    • Bonne idée. Et à quand une « manifestation pour le bien et contre le mal »?

      • Tout à fait.

        Bon, de toute façon (et de manière strictement personnelle), j’ai toujours été suspicieux vis à vis des mouvements de défense des animaux (Notamment les défenseurs des animaux non végés, qui se battent exclusivement contre les plus mineures des injustices, celles qui me choquent le moins). Surtout avec des coups d’éclat comme ceux-là. Je crois beaucoup plus à l’efficacité d’une idée claire présentée calmement, via divers médias (et surtout internet, donc), qu’à une manifestation « Pas contents ! Pas contents ! » qui n’a comme effet (d’après moi) que de braquer les esprits, et donner cette malheureuse images « d’extrémistes » (qui, même si elle est injuste et idiote, ne sert pas la transmission des idées), avec tous les amalgames possibles (extrême droite à la Bardot, pro-vie, révolte d’adolescents, etc.).
        Je crois mille fois plus au fait de simplement être là, montrer que le végéta*isme est possible, sans l’imposer (même si moralement, il est normal de trouver que l’inverse est injuste, absurde et inacceptable), pour amener les gens à penser par eux-mêmes, quitte à leur en parler quand ils sont disposés à écouter, plutôt que de les amener à se créer un mur (de culpabilité refoulée) défensif contre toute réflexion.
        Mais je crois, bien sûr, un million de fois plus à l’effet internet.

        Apparemment, j’ai pas forcément tort :http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article5

        • Oh oui , on ferait des supers pancartes :  » LE MAL C’EST MAL !!!  » ,  » LE BIEN C’EST BIEN « ,  » LE MAL C’EST PAS BIEN  » , « LE BIEN C’ EST PAS MAL  » ….

  9. « L’homme utilise les animaux pour lui tenir compagnie, pour la recherche médicale, pour se nourrir, s’habiller ou se divertir. »
    C’est juste descriptif ! Qu’on le veuille ou non, c’est la réalité. Il est vrai que cette manif n’est pas une manif antispéciste mais une manif de défense animale visant à interpeller les candidats à la présidentielles. Tous les participants se seront pas vegans (c’est un scoop ?)…On essaie juste de faire avancer les choses en faisant parler des animaux sur la place publique. Si cela peut conduire à des retours médias et à une prise de conscience de certains politiciens sur le sujet des animaux, ce sera déjà beaucoup je trouve. Rien n’empêche à côté d’organiser des actions abolitionnistes et antispécistes !
    PS : Le Pen ne viendra pas finalement, heureusement.

    • Si on veut parler des animaux, et si on souhaite les aider, on doit commencer par questionner leur utilisation par les humains, et non pas présenter la chose comme un état de nature immuable…

  10. Ben, je dirais aussi que la phrase suivante : « il devrait, en retour, avoir un devoir moral vis-à-vis d’eux » montre que la personne qui a rédigé ça est d’accord avec le fait que l’homme utilise les animaux…non ?

    • Tout à fait… Quand tu dis à un gamin « tu joues avec la carabine de papa, donc après il faut la remettre à sa place » c’est pas exactement la même chose que de lui dire « ne joues pas avec la carabine de papa ».

  11. Je comprends bien ta position, mais je comprends aussi celle de la manif. Il me semble que c’est une façon de sensibiliser. Les consciences doivent bouger, et elles bougent un peu, pas assez, pas vite, je n’en verrai sans doute pas les résultats. Il y a cinq ans qui se souciait de venir manifester pour la cause des animaux? J’ai pourtant la même position que toi, je regrette qu’il y ait rejet des antispécistes, apparemment c’est encore un gros mot.
    Je pense qu’il faut malgré tout rester unis dans ce désordre là, ces amalgames, cette morale bobo afin d’aller plus tard, plus loin et ne rien négliger qui puisse servir nos frères les animaux.

  12. Jean-Marie Le Pen ne sera pas présent à cette manifestation suite à l’intervention des organisateurs exigeant fermement qu’il n’y soit pas. Il l’a d’ailleurs assez mal pris comme l’indiqué son communiqué de presse à ce sujet :
    http://www.frontnational.com/2012/03/manifestation-nos-voix-pour-les-animaux/

    De façon générale, dans le défilé, il n’y aura pas de militants politiques portant des signes d’appartenance à tel ou tel parti.

    • Ouais ben tu vois, d’un côté c’est bien parce que certains vont pouvoir aller défiler sans se sentir affiliés au FN. D’un autre côté il n’y a rien de fondamentalement contradictoire entre le manifeste et le programme du FN. Au contraire, on parle encore de ces foutaises sur l’abattage hallal, sans remettre en question le fait qu’on égorge des bêtes à la chaine. D’ailleurs comme je l’ai écrit plus haut, quand j’ai abordé la question il m’a été répondu que manger de la viande est une liberté et que les manifestants défendaient aussi le droit de manger des animaux !

      J’aurais préféré une manifestation avec un manifeste tel que le chef du FN n’aurait pas eu l’idée d’y participer.

      • Le manifeste de cet événement n’est certainement pas parfait.
        On doit cependant garder en tête qu’il a été rédigé pour recueillir des réponses des candidats aux présidentielles et aider les électeurs soucieux des animaux à peser sur les programmes et à détecter quels candidats s’engagent à des améliorations dans tel ou tel domaine (chasse, élevage, corrida, expérimentation…). Dans cette optique, fallait-il remplacer les questions posées par l’unique question « Si vous êtes élu(e), abolirez-vous totalement la chasse, la pêche, l’élevage, l’expérimentation, la corrida… sans oublier le racisme, le sexisme, l’homophobie, les frontières, le capitalisme, la grossophobie, les blagues anti-blondes… A prendre ou à laisser en bloc » ?
        Gardait-on de la sorte une chance de recueillir des réponses permettant aux électeurs de discriminer entre les candidats ?
        ;-)

        • Je pense vraiment qu’on aurait pu rédiger un manifeste répondant à ces exigences, sans cautionner pour autant l’utilisation d’animaux en elle-même. Même en ne visant que certains types d’exploitations jugés plus facilement réformables que d’autres, on peut faire ça sans valider moralement l’exploitation en elle-même.
          Je ne pense pas qu’un manifeste ait à être parfait. En revanche je me vois mal aller dans une manifestation dont je suis en total désaccord avec le manifeste. Sans parler de ces histoires de viande hallal qui ne concernent que les humains mangeurs de viande et pas tellement les animaux.

          • Moi aussi, j’aurais préféré une phrase différente ouvrant le manifeste. Celle-là peut-être vue comme simplement descriptive (c’est un fait que les animaux sont utilisés), mais il est vrai que des lecteurs peuvent lui donner un sens normatif.
            Je ne pense pas que la question des techniques d’abattage ne concerne que les humains carnivores, elle concerne au premier chef les animaux abattus et donc devrait intéresser les humains qui cherchent à rendre leur sort moins horrible (véganes inclus, à l’exception peut-être des véganes qui pensent que le monde entier sera végane demain matin). En termes de formulation, on s’égare facilement si on se mets à parler de « viande halal », « casher » ou « d’abattage rituel ». Tant qu’il y aura des abattoirs, ce qu’il faut obtenir c’est un étourdissement généralisé (enfin, avec moins d’exceptions qu’aujourd’hui…) y compris dans l’abattage rituel (il y a des juifs et musulmans qui y sont favorables, tout en préservant le caractère rituel) et sans faire l’impasse sur la masse des étourdissements ratés en abattage standard. On peut parler de ces sujets sans occulter qu’on n’éliminera pas la peur et la souffrance à l’abattage. Mais sans non plus tomber dans le piège de laisser entendre que toutes les méthodes d’abattage sont équivalentes, ou que le problème n’existe pas parce que « il suffit » que les gens cessent de manger des animaux.
            Ne pas négliger la question des méthodes d’abattage (puisqu’il existe et continuera hélas à exister un certain temps) n’empêche en rien de participer aux actions qui remettent en cause l’abattage lui-même. Parmi les participants à la marche d’hier à Nîmes, il y avait des personnes qui seront aussi à la marche pour la fermeture des abattoirs en juin à Paris.

  13. Ben, euh… Moi, je me pose quand même une question : Comment fait un non-mangeur d’animaux pour rentrer dans le débat de la meilleure, la moins douloureuse façon d’abattre les animaux ? Vous imaginez des militants contre la peine de mort faire des manifs pour qu’on arrête la guillotine et qu’on passe à l’injection, plus humaine ? Des militants pour le droit des enfants qui feraient signer des pétitions pour que les enfants en usine aient droit à une plus longue pause déjeuner ? Des résistants pendant la Seconde Guerre Mondiale qui auraient fait signer des accords pour essayer de remplacer le zyklon par un gaz qui tuerait de manière plus humaine ? Et je ne sais pas, si je me fais kidnapper par un psychopathe, qui me présente tous ses outils et qui me demande « Tu veux mourir comment ? », je crois que j’aurai du mal à répondre.

    Essayer de faire entrer dans la tête des gens la souffrance des animaux abattus, OK. Mais entrer dans le détail de la façon dont on doit les tuer, désolé, j’en suis incapable.

    • (C’est une réponse à « Le 25 mars 2012 à 9 h 56 min, Estiva », juste au-dessus.)

      • Déjà je suis pas d’accord avec Estiva (oui c’est chiant je sais pas pourquoi on peut plus répondre aux réponses), je suis désolée cette première phrase n’est pas descriptive, elle est une injonction morale. Je me répète mais « joue pas avec la carabine » n’est pas la même chose que « tu joues avec la carabine donc après tu dois la ranger ». dans la deuxième phrase « tu joues avec la carabine » c’est descriptif mais en même temps c’est une autorisation. c’est exactement la même chose.
        Je sais même pas pourquoi j’argumente là-dessus parce que c’est évident. Pour ne pas voir que cette phrase cautionne l’utilisation d’animaux, il faut vraiment refuser de le voir. A la limite la phrase aurait pu être « puisque l’homme utilise les animaux, il devrait au moins… » mais là c’est balancé de façon péremptoire: l’homme utilise les animaux, donc il a un devoir moral.
        Assimiler ces pratiques à des états de faits non questionnables, c’est comme les justifier. c’est comme quand au bout d’une discussion sur le végétarisme on en arrive à: « c’est comme ça, on mange de la viande. ça a toujours été, ça sera toujours ». ca justifie.
        Penser qu’un végane abolitionniste peut cautionner une telle phrase c’est tout simplement ne pas savoir ce qu’est l’abolitionnisme, ou refuser de le comprendre. Ca n’a rien à voir avec le fait que le monde sera végane demain ou non, être végane abolitionniste ce n’est pas croire au père Noël. Etre végane abolitionniste c’est militer contre l’abattage, pas perdre son temps à demander à ce qu’on chante des berceuses aux vaches avant de leur balancer un grand coup de taser sur la gueule et de les égorger. Je me fiche bien que les méthodes d’abattages se valent ou non, d’ailleurs…

  14. (C’est une réponse à « Le 25 mars 2012 à 9 h 56 min, Estiva », juste au-dessus.)

  15. Dernier message : la manif est passée maintenant.

    Je ne vais pas disserter en long large et travers sur les deux premières phrases du manifeste. Elles sont ambiguës, il aurait mieux valu tourner la chose autrement. J’aurais préféré aussi.

    Mais il y a eu surinterprétation en affirmant que les antispécistes étaient exclus ou que la manif entérinait la consommation d’animaux. Maintenant j’ai le compte rendu de personnes (antispécistes) qui y étaient.

    Sur place, l’association Combactive proposait une restauration végane (seul point restauration annoncé dans le programme).

    Parmi les slogans scandés :

    « Animal Objet, Non non non, Animal Esclave, Non non non, Animal produit, Non non non, Animal Cobaye, Non non non. »
    « On peut vivre sans tuer »
    « Elevage Esclavage, abattoir barbarie »
    « Elevage indutriel, on n’en veut pas, pêche industrielle, on n’en veut pas, élevage et abattoir, on en veut pas »
    « Aucune, aucune, aucune hésitation, tuer les animaux, c’est non non non »
    « Aucune, aucune, aucune hésitation, l’élevage et la pêche, c’est non non non »
    « Nos voix pour les animaux ! »

    A la fin, il ya a eu les interventions des assos organisatrices. Celle de L214 a été centrée sur les animaux utilisés dans l’alimentation. Voici la fin du texte :

    « Et n’oublions pas, chacun d’entre nous peut au minimum réduire sa consommation pour les animaux.
    Mieux encore, chacun d’entre nous peut ne plus les manger.
    Si vous pensez que c’est difficile, imaginez combien il est difficile pour les animaux que vous ne le fassiez pas. »

    Christophe Marie (FBB) bien que chargé de parler de la chasse et de l’expérimentation a aussi évoqué le végétarisme. Thème sur lequel est revenu enfin Henri-Jean Servat (chroniqueur à France Inter, France 2).

    Je pense que c’est une erreur d’imaginer qu’on peut porter un jugement si tranché sur la nature d’une action et les motivations de ses acteurs (pluriels) par une simple analyse textuelle, qui plus est en prenant comme support trois lignes d’un document qui n’a aucune prétention « théorique » et qui a été composé en recollant des paragraphes de sources diverses : le manifeste n’est pas une Bible, c’était l’une des nombreuses tâches à réussir à accomplir dans les temps pour que l’événement existe.

    • Je me base sur le manifeste pour savoir le contenu de la manifestation, sur quoi d’autre faut-il se baser? J’ai aussi discuté avec des gens qui comptaient y aller et certains étaient de fervents partisans de « défendre le droit de manger des animaux »…
      Je sais qu’il y a eu des antispécistes à cette manif, (au moins ceux qui ont lu le manifeste ou mon blog y sont allé en connaissance de cause!) certains ont été assez déçus d’ailleurs car il n’y a eu que très peu d’interventions abolitionnistes. C’est bien qu’il y en ait eu quand même. Mais en revanche je persiste à dire que le manifeste est profondément spéciste, et ça c’est le problème que je voulais dénoncer, parce que c’est pas un papier qu’un tocard à écrit à propos de la manif, c’est le manifeste en lui-même.
      On dirait que le mot « vegan » est tabou, on dirait qu’on n’a pas le droit de questionner l’utilisation d’animaux. Il faut briser le silence, arrêtons de nous faire dessus…

  16. Estiva a déjà dit beaucoup de choses pertinentes, mais je tenais à répondre à « personne  » au sujet de cette phrase de son commentaire :
    « (Notamment les défenseurs des animaux non végés, qui se battent exclusivement contre les plus mineures des injustices, celles qui me choquent le moins). Surtout avec des coups d’éclat comme ceux-là. »
    C’est quoi les plus mineures des injustices, en fait ? Un chat torturé, abandonné, laissé malade sans soins, c’est une injustice mineure ? Un chien attaché sur un balcon, frappé, terrorisé, c’est une injustice mineure ? Il y a des gens qui consacrent leur vie, leur temps, leur argent, à sauver des chats, des chiens, des chevaux, et je trouve déjà ça merveilleux. Certes je regrette profondément que certaines de ces personnes, qui étaient présentes à cette manif, mangent les animaux, et ne cautionne cela en rien, mais je salue déjà leur dévouement qui permet de sauver des vies. Franchement c’est peut-être plus facile de militer assis devant son ordi et de s’enorgueillir d’être vegan « abolitionniste » ne se mélangeant pas aux autres, que de s’occuper au quotidien d’une centaine de chats. Pour ma part je suis antispéciste et je ne me permets pas de décréter qu’il y a des « vraies » actions militantes (et d’autres qui seraient « fausses »). Toute action militante qui tend à parler des sans-voix est déjà a priori une bonne chose, je pense.
    Si des gens ont envie de venir crier leur colère contre la corrida et contre les usines à chiot, cette colère je la partage, plutôt que de les mépriser parce qu’ils ne sont (pour certains) pas vegans. Qui plus est, cela fait une occasion de plus de leur parler de végéta*isme ou de les informer de la tenue de telle ou telle manifestation.

    • C’est mineur par rapport à un milliard d’animaux tués dans des conditions atroces chaque année en France juste pour finir dans une assiette, dont la moitié quand ils sont encore bébés, alors qu’il y a déjà des loi pour protéger les animaux domestiques jugés « non comestibles », oui. Ou ça n’est peut-être pas mineur, mais c’est sacrément bizarre, voire tordu, comme vision du monde.
      L’acte de sauver un animal en détresse quand on se trouve directement face au problème n’est pas mineur en lui-même, mais le fait d’organiser une manif pour hurler de manière « globale » contre ces Injustices, qui sont de toute façon déjà jugées par l’opinion générale comme des injustices, et infiniment moins nombreuses que « les autres », alors qu’on en commet tous les jours des pires me semble sacrément… bizarre. Oui. Sacrément bizarre.

      • (« la moitié quand ils sont encore bébés », c’est pas exact, mais bref, je pensais à la viande de veaux, pour le coup.)

      • Et c’est d’autant plus bizarre qu’on parle de gens passionnés par la cause animale, par l’injustice faite aux animaux, qui démontrent un amour « actif » des animaux, donc des gens impliqués au quotidien. Donc des gens qui ont le temps d’y penser, et toutes les raisons de se poser la question. Et qui n’ont pourtant pas l’air de se la poser.

        (Alors qu’effectivement on peut refuser de manger des animaux sans pour autant agir « concrètement », par un rapport direct aux animaux, et le faire pourtant par choix éthique… Rester dans le « ne pas faire le mal », plutôt que dans le « faire le bien », sans doute… Et c’est mon cas. Tant pis, chacun sa lâcheté.)

  17. Je suis assez d’accord avec Personne en fait. Moi les bons samaritains qui se mettent en 4 pour sauver un chaton mignon, qui alertent la planète entière parce qu’on a touché à un membre des sacro-saintes espèces « chat » ou « chien », et qui derrière continuent à manger de la viande et du lait, ça me laisse perplexe. Quand ils ne revendiquent pas carrément leur droit à en manger. J’ai même vu un barbecue de viande pour sauver des chevaux de l’abattoir. Quand on a protesté contre cette absurdité, la présidente de l’asso nous a répondu « mais ceux qui viennent sont pas obligés de manger de la viande, ils peuvent manger du poisson s’ils veulent ». Super.
    Les amoureux des bêtes me les brisent. Ils feraient souvent mieux de leur fiche la paix. Quant aux véganes qui s’occupent aussi des chats et des chiens, ils ont toute mon admiration, mais je ne vois pas le rapport avec cette manif.

    Je pense en effet qu’il y a des combats mineurs. Le hallal est un combat mineur, par exemple. Il ne concerne même pas vraiment les animaux. Le problème c’est qu’on ne peut pas se permettre de mener des combats mineurs, parce qu’il y a trop à faire. Les chats et les chiens ne sont pas « moins importants » que les cochons et les poules, ils ne comptent pas moins. ils sont simplement une toute petite partie du problème. Et accessoirement ils sont moins nombreux. Une personne qui se démène pourra avoir mangé autant de poulets qu’elle a sauvé de chats.

    Pour finir, c’est pas un argument de dire « vous vous faites rien, vous restez derrière vos ordis ». Qu’est-ce que tu en sais? J’ai décidé de ne pas aller défiler dans une manif dont je n’étais pas d’accord avec le manifeste, en compagnie membres du FN qui défendent leur droit de manger de animaux. C’est pas « ne rien faire » c’est plutôt ne pas faire n’importe quoi sans réfléchir sous prétexte qu’il y a le mot « animaux ». Tous les combats impliquant le mot « animal » ne sont pas mes combats. D’ailleurs de combat je n’en ai qu’un, c’est faire cesser le grand massacre planétaire. C’est trop de boulot pour s’occuper des étiquettes sur la viande hallal.

  18. Juste deux précisions : les élus du FN ne sont pas venus, suite à la demande des organisateurs. Donc il faudrait arrêter de focaliser là-dessus.
    Et dans cette manif nous étions nombreux à ne pas nous occuper « des étiquettes de la viande halal », mais à parler du végéta*isme et des animaux exploités pour leur viande, leur lait, leurs oeufs. Donc vous avez vraiment une vision très caricaturale de cette manif. A bientôt.

    • Je dois être bornée, mais je vois mal l’intérêt d’aborder autant de sujets sans même en envisager l’abolition… (oui, je sais qu’il y a eu QUELQUES interventions dans ce sens, et c’est bien, mais ça ne change rien à mon opinion générale, et vu ce qu’en ont retenu des antispécistes qui y sont allé, je reste sur mon impression de départ)

      Et si on l’envisage, l’abolition, POURQUOI NE PAS LE DIRE? Pourquoi même dire le contraire? Mentir pour mieux communiquer? heuuuu….

Les commentaires sont fermés.