35 réflexions au sujet de « message temporaire »

  1. J’avais suivi la discussion, me sentant plus ou moins concerné (« HQI » + troubles d’ordre divers + caractère particulier), et je n’avais pas compris comment cela avait pu aller aussi loin, au point de supprimer son compte Twitter, j’ai donc la réponse. (Au passage, c’est nul, moi j’aimais bien vos/tes tweets, ils étaient lolants).

    Sans mettre tout le monde dans le même panier, je pense qu’une grande partie des gens qui ont attaqué sont adeptes d’auto-diagnostic, bien biaisé par l’effet Barnum, en quête d’une espèce d’identité car ils sont perdus et veulent se constituer en « groupe » pour se rassurer.

    N’importe quelle personne qui va mal, va trouver des similitudes entre sa situation et celles d’autres gens, puis va chercher à confirmer ça en essayant de trouver une caractéristique commune (ici le QI donc), alors que, et nous sommes d’accord là-dessus, le QI seul ne conditionne rien, vu qu’en plus il est arbitraire.

    Il est aisé de se reconnaître dans des situations quand on vit un certain mal-être, et certains insultent les cas réels de personnes souffrant de situations d’autisme en se faisant un auto-diagnostic façon psycho-magazine, ou pire, en incluant le simple fait de bien réussir le test du QI pour se déclarer « opprimé ».

    Pourquoi tout de suite sortir le QI? Il faut absolument montrer que c’est votre intelligence, votre supériorité qui vous rend incompris?

    Vous êtes peut-être juste… Idiots? Prétentieux ? Timides ? Phobiques sociaux?

    Qu’on mette son autisme ou son syndrome d’Asperger en avant pour expliquer sa difficulté à vivre en société, bien évidemment que c’est recommandé, mais mettre son simple QI, venir se greffer à ce « groupe » parce qu’une partie de ces autistes ont un haut QI, est-ce bien raisonnable?

    Avec ce glissement, on fait du seul QI un critère pour se plaindre, parce que « trop intelligent pour le petit peuple ».

    Surtout quand ce fameux QI est mesuré avec des tests bidons, et que le principe même du QI, de ce qu’il mesure, et de ce pourquoi on le mesure est plutôt controversé.

    Il est un bon outil pour détecter les retards mentaux, c’est évident, et il peut donner une « indication » sur certaines facultés bien précises, mais se créer sa propre catégorie « discriminée » sur la seule base de ce chiffre (j’ai dis seule, combinée à rien d’autre), est d’une bêtise (insulte spéciste je sais) sans nom.

    Comme quoi, on peut avoir 340 de QI et avoir des biais de raisonnement.

  2. Je n’ai rien vu de cette empoignade sur Twitter (apparemment je n’ai rien loupé).

    Tu dis que les personnes « intéressées par ton ressenti » doivent être minoritaires. Je n’en suis pas si sûr. C’est juste que sur internet (que ça soit dans les commentaires, les forums ou sur Twitter), seuls les énervés se manifestent.

    Je suis complètement d’accord avec tes réponses sur ask. Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant à dire que le QI est une chose (dont le lien avec l’intelligence est à mon avis assez fumeux) et l’inadaptation sociale en est une autre. Je trouve assez malsain le fait que pas mal de gens font le lien entre les deux (genre « si tu n’es pas en phase avec le reste de la société c’est parce que tu es au dessus de la fange et c’est eux qui sont bien trop cons pour te suivre »). Ça créée aussi le mythe du « neurotypique », ou ces gens tellement uniformes, simples et grossiers.

    On m’a dit à peu près la même-chose quand j’étais à l’école, à savoir que si j’étais asocial, c’est parce que j’étais trop intelligent (finalement, il s’est avéré que mon QI est tout ce qu’il y a de plus banal). Le fait de penser faire partie d’une élite ne m’a pas vraiment aidé. Ça légitime aussi le fait de penser qu’être différent empêche de créer du lien avec d’autres personnes.

    Par la suite j’ai été un peu victime d’homophobie (il se trouve que je ne suis pas vraiment du genre « viril ») et pas mal de gens se sont foutus de ma gueule quand j’étais au collège, et ça ne serait venu à l’idée de personne de dire que ça faisait de moi le membre d’une élite (« WOW tu fais partie des 5% high-gifted/chosen-one »), et que les autres étaient inférieurs. Car il y a bien ce jugement de supériorité dans le discours de pas mal de « HQI », qui s’identifient au cygne rejeté par les canards.

    Je pense comme toi (si j’ai bien compris, sinon reprend-moi) que le fait d’être psychologiquement très différent de la majorité des gens (neuro-atypiques dirons certains) est handicapant et peut être source de discrimination, ce qui est aussi grave que toutes les autres discriminations (et je ne cherche pas à culpabiliser ceux qui en sont coupables). Je pense aussi que le fait d’être supérieurement intelligent, ou d’avoir un QI élevé n’a d’une part rien à voir avec la « neuro-atypie » (tous ceux qui ont un syndrome d’Asperger n’ont pas un QI anormalement élevé), et d’autre part ne peut pas pas vraiment être considéré comme un handicap.

    En tous cas, ça fait pas mal de temps maintenant que je lis ton blog, et je trouve ton avis assez pertinent sur pratiquement tout. J’y suis arrivé par la case « féminisme », et ça m’a mené à me poser des questions sur le spécisme par exemple. Et il y a probablement pleins d’autres anonymes qui ne commentent pas tes articles mais qui approuvent silencieusement.

    • oups, je me suis planté, c’est pas « ceux qui en sont coupables » mais « ceux qui en sont victimes » que je voulais dire au 6e paragraphe… Du coup je passe un peu pour un monstre…

  3. Ça me désole de lire tout ça… Les réseaux sociaux sont des cavernes à monstres, des cavernes à conformismes de tout bords, où la net-identité doit-être surcontrôler, léché, perfectionné sans cesse.

    La moindre erreur étant un feu vert au bullying, peut-être encouragé par un écran interposé donnant une impression d’anonymat et offrant une bouffée de liberté sombre aux gens, qui peut vraiment le savoir ?

    L’erreur est humaine, et tu es un très beau membre de cette espèce, sache qu’il y a/aura toujours au moins une personne (j’en suis persuadée) qui te connait, te respecte et comprend en silence ce petit moment de « faiblesse » (si on peut vraiment parler de faiblesse, maladresse semble plus adapté). Tu es ce que tu es, peu importe les diag divers et variés dont on te rabat les oreilles, peu importe les diag divers et variés qu’on va te refuser.

    Enfin bref, je te souhaite de retrouver la paix, et te soutiens dans ta jugulation de la source de souffrance que bien trop représentative de l’humain grégaire. *hug*

  4. Je suis ton blog de manière complètement aléatoire et je suis souvent en désaccord avec non pas ce que t’exposes mais peut-être la façon dont tu l’exposes mais qu’importe. Sur Twitter, beaucoup de militants disent « si on est violent, c’est parce que les gens sont violents » et personne ne veut sortir de cette boucle parce ça serait « baisser les armes » et c’est dommage alors qu’on peut être ferme sans être insultant et voilà enfin où la modération prend sa place. Ca m’a toujours dégoûté et terrifié d’y voir l’effet de meute militant puissance 3000 depuis des mois et des mois, ce truc qui fait que les gens ne peuvent replacer les événements dans leur contexte et ne serait-ce qu’imaginer que les gens ont leur raison pour faire ce qu’ils font (et que ça peut bien expliquer leurs maladresses et leurs conneries sans pr autant l’excuser) et le lynchage fait par certains qui disent ensuite « Oh le pauvre chou, y a 30 meufs qui viennent lui dire qu’il est [insérer une récrimination] et il parle de lynchage. » Je t’ai déjà vu dire ce genre de chose sur ce genre de ton et très franchement, rien ne m’étonne dans toute cette histoire pourrie, mise à part que je ne comprends tjrs pas que les gens ne comprennent pas qu’un « Ouais hého, ferme là » lancé sur le ton de l’ironie ou trempé de colère mal placée (comprendre : de douleur pas digérée) soit pas reçue avec de grands sourires particulièrement par des inconnus sur un réseau public comme Twitter qui n’est pas un coin d’herbe ou un couloir entre deux portes. La forme ça compte, c’est terrible à quel point ça compte. Mais la sincérité aussi. Ton post est cool, bon courage. A la question, est-ce qu’on se connait : non.

  5. <3 <3 <3
    J'espère que ton témoignage fera réfléchir les gens : se prétendre super tolérant et lutter contre les oppressions mais être super agressif à la moindre erreur d'une personne c'est contradictoire, stupide, irréfléchi, prétentieux (ça sous-entend qu'on ne ferait jamais soi-même d'erreur) bref … lamentable.

    Je ne suis pas sur twitter mais j'allais régulièrement voir ta page pour suivre un peu les choses donc je n'ai pas compris quand elle n'existait plus. Merci pour cette explication.

    Soit dit en passant, je suis d'accord avec toi sur le fait que le QI est un outil terrible. Moi-même quand j'étais plus jeune j'essayais de m'auto-diagnostiquer parce qu'au collège on me traitait d'"intello", comme quelque chose de négatif, pour me mettre à part (mais je n'étais pas isolée, je n'avais pas de problème relationnel important) et j'en souffrais. Et clairement, cet auto diagnostic servait à me sentir supérieure.
    Ce n'est que plus tard que j'ai compris à quel point c'était débile, en comparant ça à ce qu'une mère avait dit à ma mère : elle lui avait demandé si moi, comme j'étais "douée" j'avais des problèmes pour avoir des amis, ce à quoi ma mère avait dit non, et la dame avait répondu "moi mon fils, c'est le cas, ils sont méchants avec lui. Mais moi je lui ait dit, ne t'en fais pas, ils sont bêtes, et quand tu seras grand tu seras leur patron." ????? Comment créer de l'intolérance dès l'enfance !

    Je serais toi je ferais un article sur le sujet du QI, tu as l'air de connaîtra pas mal de trucs :)

  6. J’ai entraperçu la shitstorm sur twitter, je ne m’attendais pas à ce que ça aille aussi loin et je trouve ça vraiment dommage d’en arriver là.
    Le problème sur twitter c’est qu’a la moindre erreur tout le monde te saute dessus, y’a un effet de groupe assez incontrôlable et tout le monde y va de son petit commentaire. Mais au final il n’y a pas de dialogue, juste de la colère, comme si les gens avaient besoin de se trouver un punchingball virtuel le temps d’une soirée sans jamais penser aux conséquences.

  7. Bonjour,

    Je n’ai pas tout suivi de cette querelle twitterale, seulement le début. J’avais juste envie de dire que j’apprécie tes tweets et que j’ai l’impression que tu as un regard à la fois objectif et sans concession sur beaucoup de sujets. Tu m’a ouverts les yeux sur tout un tas de choses et c’est pour moi extrêmement rare d’être aussi lucide sur le monde dont on fait partie.
    Maintenant cette lucidité serait comme un projecteur qui révèle toutes les petits arrangements avec soi même , arrangements souvent pas très glorieux. Et quand on s’en rend compte, ça fait mal, et quand on a mal, certaines personnes deviennent agressives. Et cette agressivité est tournée contre toi car tu es le déclencheur, bien que tu n’en soit pas la cause, et même si c’est compréhensible, c’est inacceptable. Un peu comme un malade qui insulterait le medecin qui lui diagnostique une maladie liée à son propre comportement.
    C’est difficile de ne pas être « congruent » avec son entourage Irl ou internet, car ça engendre des frictions, qui parfois font évoluer , qui souvent sont douloureuses…
    Voilà, je me suis permise de faire ce commentaire pour essayer de t’expliquer mon soutien et je comprends le besoin de mettre de la distance. Je ne peux rien dire sur les événements qui ont conduit a cette situation mais effectivement ton ask est tout a fait justifié il me semble ( même si je me doute que tu t’en fous de mon avis et tu auras bien raison). N’écoute pas ces jaloux blessés. Tu apportes beaucoup de choses à beaucoup de monde et j’espère sincèrement que tu vas pouvoir continuer sous une forme ou une autre.
    Merci encore pour tous ces textes.

    Une internaute silencieuse le plus souvent.

  8. Je n’utilise pas Twitter donc je ne sais rien de ce qui s’est passé. Je reviens juste un instant sur le débat sur le QI si cela m’est permis.

    Bon d’abord je précise : je ne pense pas que ce soit une bonne idée de greffer des diagnostics hâtifs comme ça. Qu’on puisse le suggérer, proposer à la personne de se renseigner, c’est une chose, qu’on lui jette sans ménagement « tu es comme ça », c’est déplacé.

    Néanmoins je ne pense pas que le QI ne s’accompagne de rien. Avoir un QI élevé, ça ne veut pas dire être plus intelligent, mais ça veut dire avoir un moteur qui tourne plus et plus vite. Ça peut être bien, ça peut ne pas l’être, tous les HQI ne sont pas des génies, loin de là. Mais les pensées trop rapides, qui émergent en grand nombre, et le décalage émotionnel (hypersensibilité) sont réels et ont un impact sur la vie au quotidien. Concrètement, les HQI peuvent avoir des « trop-plein », bloquer sur des questionnements envahissants ou être submergés par leurs émotions.

    C’est compliqué. Pour ma part je suis autiste Asperger et haut potentiel, ce qui fait que d’un côté, j’ai de la chance par rapport à d’autres de mes collègues, parce que je m’adapte mieux. D’un autre côté, c’est parce que j’ai su cacher la plupart des signes que mon diagnostic fut tardif (22 ans) et ça m’aurait bien aidé de l’avoir plus tôt. Ça veut dire aussi qu’on continue d’attendre de moi que je me débrouille.

    On retrouve ce paradoxe chez les non-autistes aussi je pense. Un joli score aux tests, ça veut dire un potentiel avantageux, qui pourrait permettre d’avancer un peu plus vite ou un peu plus loin que d’autres (sans forcément s’en vanter). Ça veut dire aussi plus de pression, plus de difficulté à se trouver une place confortable…

    Te concernant, je ne te connais qu’à travers tes articles, donc pas assez pour pouvoir émettre un avis. Généralement je suis en désaccord avec le ton que tu emploies (bien que j’apprécie ta réflexion), mais de toute façon je n’ai pas lu ce qui s’est passé et je ne souhaite pas présumer de quoi que ce soit.
    Je suppose que ça n’a pas grande valeur de la part d’une totale inconnue mais si tu veux discuter du sujet, tu peux toujours me contacter.

    Bonne continuation et bon courage. :)

    • Ce que tu dis sur le QI je suis assez d’accord si tu veux, mais ce n’est qu’une autre façon de dire que le QI n’est pas le problème en lui-même mais plutôt la façon de fonctionner différente qui va avec, non?
      Et d’ailleurs certaines personnes à haut QI ne sont pas handicapées donc je ne sais pas.
      à la limite c’est pas hyper important, c’est possible que je me gourre sur le sujet, mais c’est ce que je considère à l’heure actuelle.
      Mon histoire rappelle aussi qu’on a nos failles et qu’on réagit avec notre vécu. Et du coup je peux comprendre certaines réactions contre moi. Mais d’autres je ne les comprend pas et les toruve totalement injustifiées.

      • Il y a des HQI qui s’en sortent mieux que d’autres, mais de manière générale il y a des « symptômes » qui se retrouvent. Les différents traits peuvent exister sans HQI, mais on n’a pas pile poil le profil sans le QI, puisque c’est lui qui crée les accumulations de pensée, les troubles du sommeil, les décalages émotionnels, etc. C’est un tout.

        D’ailleurs, les traits ont tendance à s’épaissir à mesure que le QI est élevé. En fait, je pense que les noms « HQI », « HPI » ou « surdoué » et les réactions qu’ils suscitent, ne sont pas à prendre comme uniquement un résultat à un test de potentiel, mais comme un profil incluant, entre autres, ce résultat. (D’où le problème que rencontrent beaucoup de HQI, dont les difficultés sont invisibilisées par l’idée de don qu’il y a derrière un QI élevé.)

        Je remarque, pour avoir l’habitude de côtoyer des personnes concernées, que les HQI se « repèrent ». Je ne dis pas qu’ils ont une fifiche colorée sur le front, bien sûr on peut être atypique sans ça, ce n’est pas pour catégoriser que je dis ça. Mais simplement j’ai remarqué que je retrouvais une certaine façon de faire chez eux. En fait, quand on en a fréquenté pas mal, ça finit par sauter aux yeux quand on en croise un autre (avec plus ou moins d’intensité selon la personne et le degré).

        Cela dit, ces gens s’y sont pris n’importe comment et peut-être pour de mauvaises raisons (volonté de récupérer les gens les plus intéressants pour glorifier l’étiquette du HQI). C’était pas le jour, ça a pris des proportions folles et le support n’a pas dû aider non plus.

  9. Je dois bien avouer que je n’ai pas tout compris à l’histoire. Quoiqu’il en soit, ça ne vaut pas le coup de tweeter si c’est pour se prendre la tête comme ça, pour des histoires de test de QI de surcroit. On a déjà assez de problèmes comme ça IRL.

  10. Chère Elfe,

    Je n’ai rien suivi de l’affaire (ça ne donne pas très envie de se mettre à Twitter) et peu importe je crois le thème initial du débat (on avait d’ailleurs eu l’occasion de discuter HQI / neuro-atypiques etc., c’est vraiment un sujet pas simple que les gens en général abordent avec trop peu de précaution, personnellement j’ai l’impression que quasiment tout discours là-dessus, dans un sens ou dans l’autre, me heurte). En tout cas, on a le droit d’être maladroit-e et de faire des erreurs ; savoir te remettre en question n’est pas la moindre de tes qualités.

    Je suis en tout cas bien désolée de lire tout cela, tu as bien raison de te protéger de ces réactions de meute (euh, ça, c’est spéciste ? :s). Je te souhaite du courage et je nous souhaite que tu continues à partager sur les thèmes qui te touchent (ta sensibilité est aussi une force), parce que même si je fais partie de celles et ceux qui ne s’expriment pas beaucoup, et y compris quand je ne suis pas d’accord, tes réflexions m’ont déjà beaucoup fait avancer et continuent de le faire.

    Là tout de suite, je te souhaite des rencontres et du voyage (oui) pour te nourrir l’âme de beau et de bon.

  11. Je n’ai pas vu les échanges initiaux mais je trouve ça ahurissant et profondément triste cette violence collective contre une personne qui d’une part a le droit à l’erreur comme tout le monde, d’autre part produit justement nombre d’analyses très fines (et abordables pour les non spécialistes), décortiquant les mécanismes d’oppression.
    Balancer quelqu’une au pilori et l’accabler en masse de cette façon, chacun se sentant moralement « à l’abri » et autorisé à faire sa saleté en étant pris dans le mouvement collectif, c’est déshumanisant et ça en dit long sur l’état moral de nos sociétés. J’imagine le truc transposé à la vie physique: une bande de délateurs aigris épiant quelqu’une qui parle honnêtement et depuis son point de vue, attendant tous le moment où elle va trébucher pour la tabasser une fois au sol en y mettant toute leur aigreur. Voilà ce qui s’exprime sur twitter.
    « Le mal atteint l’anthropologique », comme dit Jean Sur.

    Voilà, j’ai pas souvent commenté ici mais j’ai souvent trouvé dans tes billets matière à réflexion, j’y ai souvent lu des choses que je ressentais et que j’aurais sûrement moins bien formulées et moins bien analysées.
    Donc merci pour ton blog, pour tes textes, pour ton honnêteté, et continue, parce-que les gens comme toi font du bien.

    • +1
      vécu en moins pire (niveau twitto-pote qui retourne sa veste et se comporte de manière immonde j’ai eu, niveau shitstorm moins mais parce que moindre visibilité aussi, ceci dit pour feminazi j’ai pris mon point godwin dans la gueule aussi, souviens toi^^)(of, ça me fait sourire, ils attaquent nimp parce qu’ils ont pas assez de gonades-non-spécifiquement-genrées pour attaquer les vrais salauds), partie aussi.
      aujourd’hui quelques uns osent encore m’écrire que je leur manque. ce qui leur manque c’est quelqu’un qui se mouille à leur place qu’ils puissent RT et exposer sans piper mot eux-mêmes et défoncer ensuite si la meute juge bon de le faire.

      j’ai un message pour ces « gens » (les guillemets sont là pour nier toute ressemblance avec ce que je pourrais considérer comme humain) : nous ne sommes pas vos saloperies de télés. allumez-les donc et braillez sur votre canapé au moins là vous ne faites pas de dommages, juste du bruit. vous êtes la plèbe des arènes, nous sommes les gladiateurs, thats the point.

      bref, <3 et surtout ne doute pas, ce n'est pas toi qui perds à fuir ce genre de compagnie. in case of emergency hésite pas à utiliser mon mail pour demander l'asile politique et un café, je suis pas loin.

  12. Surtout quand on se mouille comme tu le fais, on a droit a des moments de faiblesse et d’erreur. Si je ne te suis pas en tout, j’apprécie toujours ton authenticité. Et mieux vaut se tromper de façon authentique que d’avoir faussement raison. Reçois une douce pensée de soutien :-)

  13. « Pourquoi tout de suite sortir le QI? Il faut absolument montrer que c’est votre intelligence, votre supériorité qui vous rend incompris?
    Vous êtes peut-être juste… Idiots? Prétentieux ? Timides ? Phobiques sociaux? »
    Dans un autre registre, ça me rappelle un peu ça: http://www.slate.fr/story/33765/loughner-pourquoi-fous-fans-nietzsche

    Pas sur twitter donc pas vu le détail, mais c’est dingue que les choses puissent prendre des proportions telles que tu te sois sentie obligée carrément de quitter un réseau social. Si tu aimais bien twitter j’espère que ça t’empêchera pas d’y retourner.

    Et puis c’est assez contradictoire d’une part d’exiger de ne pas être stigmatisé sur la base de difficultés dans son rapport à autrui, et de l’autre de n’avoir mais alors aucun scrupule à organiser une curée contre UNE personne, juste pour… une maladresse de communication. Est-ce que c’est pas une vieille excuse pour se croire tout permis leur histoire d’HQI?

    • J’aimais bien twitter mais j’avoue que voir des gens que j’estimais et que j’appréciais se comporter comme une meute en furie, ça m’a refroidie.
      Je pense que je pourrai plus rigoler comme ça avec des gens comme je le faisais, quand je vois en quoi ils peuvent se transformer avec l’effet de groupe.

      • Ca me fait penser à un livre de Jean Teulé, « Mangez-le si vous voulez », ce fameux effet de groupe…

        (Bon je suis bien contente qu’ils ne t’aient pas mangée ! Finalement le lynchage sur twitter aurait au moins l’avantage de préserver l’intégrité physique de la personne…moui bon pas de lynchage du tout ç’aurait été mieux aussi hein. Ca va sans dire. Je t’adresse à nouveau tout mon soutien.)

        • Heureusement je suis loin d’en être là, mais il y a aussi des gens qui se suicident suite à un harcèlement sur internet. Alors bon je parle pas de mon cas hein. J’ai quand même été assez abattue et fatiguée pendant quelques jours et j’ai eu pas mal d’insomnies. Je pense que ça peut aller loin.

          • Oui tu fais bien de le rappeler, les conséquences d’un harcèlement, même sans agression physique, ça peut aller très loin…

  14. Du soutien. Je te suivais sur Twitter et ta voix tranchait très agréablement avec l’agressivité ambiante ; tu manqueras à Twitter, mais après une telle déferlante de hargne, ta réaction est bien normale. Ceux qui t’en ont fait fuir peuvent se vanter d’en avoir fait un lieu moins agréable !
    Bonne continuation à toi !

  15. Salut,
    tu as eu la bonne réaction en quittant twitter, ils ont pété une durite et il vaut mieux les laisser patauger dans leur m**** entre eux. Rien de ce que tu aurais pu dire ne pourrais justifier un tel déferlement de bullying.
    Le problème ce n’est pas toi, c’est leur réaction. Laisse couler, prend du recul, recentre toi sur les gens qui t’aime irl et sur toi-même.
    Dans quelques temps ça sera un mauvais souvenir et éventuellement un sujet d’analyse fructueuse.

    t’as quand même plein de gentils messages sur ton site, ya des gens qui sont tout prêt à te consoler, t’as pas tout perdu :) (le verre à moitié plein ^^)
    <3

  16. Je suis pas sur Twitter donc j’ai rien vu du post dont tu parles, mais je suis d’accord avec toi sur un point :
    Etant moi-même Asperger, c’est pas le QI ou le niveau d’intelligence qui crée les problèmes, mais bien tous les autres aspects du truc (maladresse sociale, physique, problèmes émotionnels…).

    (Perso, j’ai fait un test de QI sur Internet une fois avec un pote, juste comme ça pour voir, ça m’a donné un QI normal, après j’ai jamais fait de « vrai » test, officiel, toussa, et j’en ressens pas le besoin. Ceci dit, je pense que le résultat est crédible parce qu’au jour le jour, j’ai plutôt l’impression d’avoir un niveau d’intelligence normal.)

    Et t’as bien fait de laisser tomber, ça sert à rien de s’épuiser contre des gens qui ne te laissent même pas t’expliquer et se jettent tous sur toi en meute. Tu le reconnais toi-même, t’es pas une sainte dans l’histoire, mais bon ça arrive à tout le monde d’avoir une journée de merde, faut être un peu compréhensifs… Bref, je continuerais à te lire moi en tout cas.

  17. J’ai retrouvé les « échanges » sur twitter à propos de cette affaire pour essayer de le comprendre. J’ai bien l’impression que certaines personnes en ont bien profité. Tu mets les gens face à leur responsabilité, leurs petits arrangements avec eux-mêmes, une sorte d’inquisitrice de la morale et parfois des propos très durs. Parfois ça va trop loin, parfois ça tombe à côté, mais aussi , bien souvent, ça tombe juste et ça fait mal. Alors forcément l’habitude se défend, ce que je crois c’est qu’il y a des gens qui ont voulu se défouler pour UNE FOIS que tu as fait une erreur du genre de celle que tu pilonnes habituellement chez les autres. Tu as bien fait de quitter twitter, je pense, vu comme ça a tourné.
    Quant à ce que tu dis sur le QI, il y une forme de fétichisme malsain entretenu par certains, je crois que le QI est avant tout un outil utile pour le dépistage de certains troubles, pour aider certaines personnes à s’assumer/s’accepter/se réaliser, et qu’il devrait en rester ainsi au lieu d’être utilisé comme une arme pour écraser les autres et hiérarchiser les individus.

  18. Je n’étais au courant de rien et maintenant que c’est fait mon opinion sur toi n’a pas changé : ton fils à de la chance de t’avoir; tu es une très bonne personne.

  19. Coucou,

    Je me disais que Twitter était bien morose ces derniers temps ! Je croyais naïvement que tu étais occupée ou qu’un bug m’avait désabonnée de tes publications…
    J’avais jamais entendu parler de « zèbres » ou de « neutroatypiques/neurotypiques » avant, et je comprends toujours bas bien à qui ces termes se réfèrent. Mais j’ai complètement loupé le lynchage qui a suivi tes premiers messages :/
    J’espère que tu vas bien.

  20. La clique anti abolitionniste t’as fait ta fête . ça fait assez mal , la méthode est perverse parce-qu’elle t’a surprise justement sur une tentative de ta part de refuser d’être bénéficiaire « de privilège « , celui d’appartenir à un groupe socialement valorisé ( parceque c’est la vérité , le malaise des « HQI diagnostiqués qui passent leur temps à le crier partout , c’est un peu comme le malaise de l’homme blanc , pour moi , oui je dois être QIphobe et je vous emm… ) . Ce qui était plutôt à ton honneur . Je pense qu’il se sont plutôt sentis renvoyés à leur caca, parce-qu’ils s’attachent à leur diagnostic comme à une bouée de sauvetage qui leur permet d’entrevoir leur part de dominance et que tu as mis le doigt dessus en « méprisant » la valeur de leur cookie . Quoi qu’il en soit je te comprends tout à fait , je comprends ta position , beaucoup d’HQI restent bien plus intransigeants avec eux même , bien plus conscients de leur propres limites , bien plus durs avec eux mêmes que cette espèce de cliques bruyante qui se fait appeler « zèbre » en exigeant la commisération du tout venant , ouai ils me gonflent , les discours élitistes me gonflent , l’entrisme me gonfle . Massacrer publiquement une fille qui se bat contre la domination avec autant d’intelligence et de sensibilité de cette manière , c’est vraiment moche . Bien dommage que tu quittes twitter, le but c’était de te faire taire , tu déranges , et le HQI n’avait rien à voir là dedans , c’était un piège .

  21. Je viens d’apprendre cette affaire. ça faisait longtemps que je n’étais pas allé sur Twitter, et je me suis demandé pourquoi tu n’y étais plus. Voilà la réponse. Tu es une personne qui m’a fait beaucoup réfléchir, et pas mal de fois fait sourire car tu sais manier la légèreté quand certaines phrases peuvent être pesantes.

    C’est affligeant d’en arriver là, même si comme tu le décris, Twitter a ce genre d’effets de vouloir suivre la vague et vouloir gagner en popularité, dans une société où le fait d’être social et populaire monte vite à la tête, quitte à faire du mal aux autres. En plus d’autres mécanismes que tu décris ou que d’autres dans les commentaires décrivent.

    Je suis de tout coeur avec toi. On est tous des humains, avec des chemins différents pas forcément comparables, avec souvent des défauts et des moments de faiblesse. Tu restes une personne formidable.

  22. Fut un temps je suivais Mar Lard sur Twitter (suivait dans le sens que j’y allais car je ne me suis jamais inscrite sur Twitter) et une fois j’ai assisté à ça : une personne dit un truc pas méchament mais maladroit et là toute la clique de « copines » se jettent sur la personne.

    De suite j’ai arrêté Twitter, je trouve que c’est un endroit TRES malsain et le fait que tout soit public (enfin quasiment public) et les caractères limitées… bah, je comprends pas comment on peut débattre et argumenter sur ce réseau. Trop trop malsain.

    Bref, tu n’as pas à culpabiliser, à te remettre en question et je trouve ça dommage que tu ressentes le besoin de te justifier… Ta seule remise en question devrait suffir.

    C’est toujours avec ce genre de situations qu’on découvre des choses sur notre entourage qu’on ne soupçonnait même pas. Il le faut pour avancer… même si ça fait mal.

Les commentaires sont fermés.