One ze rode aguene

Plus trop le temps d’ecrire de longs articles, et en plus je n’ai plus d’accents ce qui n’est pas tres pratique, mais je passerai de temps en temps dans les commentaires ou poster quelques photos de l’Inde. Je parlerai aussi du festival de la societe vegane indienne qui s’est deroule le 19 aout dans le kernataka.

Peace

 

6 réflexions au sujet de « One ze rode aguene »

  1. Sans vouloir te faire chier, j’aimerais connaître ton empreinte écologique. :P
    Moi par exemple, j’ai une vie de merde, donc elle est (mon empreinte) presque inexistante. ^^’

    cdt

    • Bin l’Elfe est végane et je suppose qu’elle bouffe à peu près bio …

      Sans compter les vegans plus ou moins convertis par elle dans son empreinte écologique … Elle pourrait prendre l’avion tous les jours et son empreinte serait toujours bénéfique (comparée à celle d’un omnivore qui mange des produits animaux une fois par jour et qui roule en hybride). Sans parler de bénéfice moral, juste de « l’empreinte écologique ».
      Si on compte le collectif « food not bombs », c’est encore un sacré bonus pour son empreinte écologique : elle réduit l’empreinte écologique des entreprises qui jettent de la bouffe comestible, et elle améliore du même coup le quotidien de personnes démunies ..

       » Moi par exemple, j’ai une vie de merde, donc elle est (mon empreinte) presque inexistante. ^^’ »
      Je ne comprend pas du tout la place du « donc » dans ta phrase. Il n’y a pas de relation de causalité entre la proposition qui précède le « donc » et celle qui le suit.
      Par contre j’aime bien l’humour absurde ! Dire que t’as une vie de merde en souriant, et en cherchant des poux à ceux qui font de leur mieux pour rendre le monde plus juste et plus sympa … Puissant ^^

      Cordialement.

      • Je suis d’accord. Avoir une vie de merde (et ça peut prendre de multiples formes donc il faudrait des précisions) ne veut pas dire qu’on ne laisse pas une sacrée emprunte écologique.

        On peu acheter tout un tas de nourriture mauvaise pour la santé et l’environnement pour trois fois rien. Surimi, jambon, cordons bleus, fastfood et junkfood, etc.
        Et ça ne vaut pas que pour la bouffe mais pour tout ce qu’on consomme sans faire attention. Les produits électroniques (en particuliers ceux d’Apple si j’en crois certains articles à ce sujet), les vêtements, les cosmétiques, l’habitat (si on se chauffe au gaz ou à l’électricité), etc, etc.
        Ce n’est pas parce qu’on ne prend pas l’avion ni la voiture qu’on est écolo. C’est un état d’esprit qu’on pratique au jour le jour : recycler au maximum les déchets (oui, oui, même quand on est pauvre et déprimé, c’est possible), faire attention à sa consommation d’eau et d’électricité, aux produits (chimiques en règle générale) qu’on rejette par les égouts (produit vaisselle, savon, shampoing, produits nettoyant de surface, javel), au moyen de contraception qu’on utilise, au sacs plastiques qu’on refuse à chaque fois qu’on peut quand on achète quelque chose dans un magasin, aux produits locaux qu’on tente d’acheter au maximum (parce qu’ils viennent de loin, il a bien fallu des transports pour les amener) etc, etc

        Bref, être dans la misère, ça fait pas de soi un écologiste. C’est une réflexion et des habitudes à prendre. Et l’elfe, si j’en crois ce qu’elle écrit, fait ça très bien.

        PS : Chère Elfe, un petit article qui te mettra du baume au coeur, j’en suis sûre si tu ne l’as pas déjà lu : http://www.liberation.fr/sciences/2012/08/30/les-animaux-en-toute-conscience_842936

  2. Je veux te rejoindre !! :) je songe a faire du benevolat avec l’asso « Animal Aids Unlimited ». Projet en tete, pas les sous et encore en mode decouverte du Canada, donc bientôt. Tu seras surement déjà rentree quoi.

Les commentaires sont fermés.