Petit guide argumentaire à l’usage des carnistes

Vous aimez la viande, mais vous ne trouvez aucune bonne raison d’en manger? Qu’à cela ne tienne: un bon gros paquet de mauvaises raisons pourraient faire l’affaire. Voici plusieurs sophismes couramment utilisés pour justifier la consommation de viande. Si vous faites face à un végétarien récalcitrant au steak-frites, ou encore à votre propre conscience, vous pourrez piocher allègrement parmi ces arguments, dans l’ordre que vous désirez et sans vous soucier le moins du monde de suivre un fil cohérent. Certes, ces arguments peuvent être facilement contrés si on les présente individuellement dans une discussion logique, mais il suffit de les enchaîner très vite les uns à la suite des autres pour que votre interlocuteur omnivorophobe™ n’ait plus aucune envie de discuter avec vous et tourne les talons dépité, vous abandonnant à votre puissante Raison. Avec un peu d’entraînement, vous pourrez les enchaîner si rapidement que tout végétarien dans un rayon de moins d’un kilomètre se mettra à baver de la mousse en remuant les bras. Quand à votre conscience, elle se ratatinera sagement dans un coin de votre cerveau, ou si elle n’y trouve pas de place, vous pourrez la ranger dans un autre organe de votre choix ou encore dans un tiroir, un carton du grenier ou une poire à lavement.

Mesdames et Messieurs… Les Zarguments

1) les classiques

Le cri de la carotte Lire la suite

Les miams véganes

Juste une petite note pour vous annoncer la création d’un tumblr: Les Miams Véganes.

Quand on est végane, les gens nous demandent: « mais tu manges quoi alors? ». Toute simple que soit cette question, hé bien curieusement, il est difficile d’y répondre. Les uns jouent l’ironie: « du foin et des cailloux ». Les autres se lancent dans une douloureuse liste faisant appel à des capacités de mémoire surhumaines (la plupart des gens ne sont pas capables de se rappeler ce qu’ils ont mangé la veille… Essayez de lister, là comme ça de but en blanc, plus de 10 choses variées que vous mangez souvent: l’exercice est plus difficile qu’on ne pourrait le croire !). D’autres encore se contentent de dire qu’ils mangent plein de choses différentes, sans donner davantage de précisions, mais font souvent face à des mines sceptiques. Quand je dis que je mange plus varié qu’avant d’être végétalienne, personne ne me croit ! C’est pourtant vrai (quand bien même c’était par paresse et facilité). Lire la suite

Le bonheur est dans l’assiette

En France, on a une conception particulière de la bouffe.

Et en même temps, on a une conception particulière du bonheur.

Et en fait, c’est la même chose. C’est ça qui est triste

Je veux dire que le bonheur et la bouffe, dans la culture française, sont des notions qui ne sont pas vraiment distinctes l’une de l’autre.

Et ça tout de même c’est assez incroyable. Et assez lamentable en même temps.

Bien sur, on se targue d’avoir la meilleure cuisine du monde, la plus fine gastronomie, les meilleurs chefs… Là où le bât blesse, c’est que, d’une part, beaucoup de français prétendent avoir la meilleure cuisine au monde alors qu’ils ne connaissent pas les autres et ne veulent pas les connaître; ils ne goûteront une nourriture nouvelle que pour la comparer à celle bien d’chez nous. Et, d’autre part, on a peut-être des bons cuisiniers et des grands restaurants que le monde entier nous envie; mais la cuisine française de tous les jours, elle, n’a finalement rien d’extraordinaire, si ce n’est sa teneur en acides gras saturés. Bon, je ne connais pas bien la cuisine française en réalité, j’ai plutôt été élevée dans des goûts nord-africains (le couscous de ma maman étant bien sur le meilleur du monde). Mais, avant d’être végétarienne, j’ai quand même essayé pas mal de nouvelles choses, et je n’ai pas trouvé que la cuisine française était plus subtile que n’importe quelle autre cuisine. Ma pote Sophie, qui se vantait d’habiter la capitale mondiale de la gastronomie, ne se rendait visiblement pas compte que des escargots avec une sauce à l’ail, hé bien non, ça n’a rien de particulièrement fin, même si c’est un plat français. En tous cas, ça ne vaut pas le couscous de moman.

Mais bon. En France, on est comme ça, et d’ailleurs, je rigole de Sophie, mais grâce à elle et à quelques autres Français rencontrés sur la route, j’ai mieux pu voir les petits travers que j’étais susceptibles d’avoir moi aussi. Lire la suite

La nutrition végane

Sur ce blog, je ne parle presque pas de nutrition.

Je pars du principe (faux) que tout le monde sait que la viande rouge donne le cancer, que l’ostéoporose est une maladie des populations consommatrices de lait, et qu’il n’y a plus besoin d’expliquer que non, je suis végane mais mes muscles n’ont pas fondu.

Et pourtant, je me suis rendu compte à plusieurs reprises que j’avais tort. Certains de mes amis et connaissances sont encore persuadés que mes muscles ont fondu. Et plusieurs font le régime Dukan… Quelle horreur.

Novembre 2011, au vietnam

Les gens qui me connaissaient lorsque je mangeais des produits animaux savent très bien, eux, que les 15-20 kilos que j’ai perdus ne sont pas du muscle, mais du gras. Lire la suite