Gare au munchie

Le munchie me dévore
Je dévore le munchie

Improbable monstre des profondeurs
Langue de crapaud, dents de loup
Peau verte et lisse de granny
Et surtout des yeux innombrables
Qui toujours dévorent
Dévorent…

Drôle de munchie
Gare au munchie
T’as rêvassé toute la journée
Sauté l’déjeuner
Faut pas t’étonner
Qu’il montre sont nez;
Et dans la fumée
S’esquisse une forme
Une bouche énorme,
Un ventre apparaît
Voici le munchie

Quand dans ma maison
Survient le munchie
Mieux vaut des réserves
Car il engloutit
Les raisins, les fraises
Les noix, les kiwis

Munchie de fruits,
Tendre munchie

Le munchie me croque
Je croque le munchie
Il a des dents de loup
Et un regard d’animal
Et la babine amicale et il rit

Mais si c’est la famine
Mais si dans ta cuisine
Y a que des salsifis
Et des sacs de farine
Alors gare au munchie

Le munchie m’affame
J’affame le munchie
Le munchie s’agace
Son ventre grimace
Il emplit l’espace
De son appétit

Munchie la dalle,
Triste munchie
Munchie s’affale
Munchie grignote
De ses quenottes
Une échalote
Avec ennui.

munchie

Respect

Je te tuerai avec respect

Je t’égorgerai humainement

Je remercierai ton esprit

En me délectant de ta chair.

 

Je te tuerai avec respect

Et mon respect sera si grand

Que je serai tout entier à l’écouter

Et tes cris resteront inaudibles.

 

Je te tuerai avec respect

Et mon respect sera si beau

Qu’il m’aveuglera de lumière

Quand tes yeux se révulseront.

 

Je te tuerai avec respect

Je ferai couler ton sang sur la terre

Qui le boira faute de pluie…

 

N’aies pas peur, petit animal

Car quand tu auras étouffé ton dernier cri

Toute ta chair sera dévorée d’un appétit joyeux

Et nous ferons des chaussures avec ta peau

Et de tes os des ornements sculptés;

 

Nous ne tuerons avec respect

Tu nourriras les hommes et les chiens

Mais rien ne sera laissé aux vautours.

 

Ne crains rien, petit être

Laisse la lame entrer dans ta gorge

Et ne crie pas si fort:

Les enfants dorment.