« Je le fais pour moi-même »

Pour moi-même et personne d’autre, je me maquille, je me démaquille, je met un masque pour éviter que ma peau s’abîme trop à cause du maquillage, de la clope et du vieillissement.

Pour moi-même et personne d’autre, j’arrache chaque poil de mon corps à la cire, à l’exception des cheveux et des sourcils. Ca fait mal, mais il faut souffrir pour être belle.

Pour moi-même et personne d’autre, je porte des talons qui impriment à ma démarche ce mélange de grâce et de maladresse qui la font immédiatement qualifier de féminine. Mes pieds ont mal, mon dos est cambré, rehaussant mes fesses d’un galbe précieux aux regards, et je sais que je finirai par avoir des problèmes de dos. Mais je le fais pour moi-même.

Pour moi-même et personne d’autre, je fais des régimes, je m’affame, je me gave de soupe aux choux, de régime Dukon à base de son d’avoine et de blanc de poulet à la vapeur. Pour moi-même et personne d’autre, je me pèse et mesure mon tour de taille. Je m’achète de jolis jeans en 38, en 36, afin de me motiver de pouvoir y entrer un jour. On m’a bien dit que le régime Dukon était dangereux, mais le Docteur Dukon m’a promis un joli ventre plat et de longues cuisses fuselées. Pour moi-même et personne d’autre, c’est ce que je désires plus que ma santé. Lire la suite