Petit guide argumentaire à l’usage des carnistes

Vous aimez la viande, mais vous ne trouvez aucune bonne raison d’en manger? Qu’à cela ne tienne: un bon gros paquet de mauvaises raisons pourraient faire l’affaire. Voici plusieurs sophismes couramment utilisés pour justifier la consommation de viande. Si vous faites face à un végétarien récalcitrant au steak-frites, ou encore à votre propre conscience, vous pourrez piocher allègrement parmi ces arguments, dans l’ordre que vous désirez et sans vous soucier le moins du monde de suivre un fil cohérent. Certes, ces arguments peuvent être facilement contrés si on les présente individuellement dans une discussion logique, mais il suffit de les enchaîner très vite les uns à la suite des autres pour que votre interlocuteur omnivorophobe™ n’ait plus aucune envie de discuter avec vous et tourne les talons dépité, vous abandonnant à votre puissante Raison. Avec un peu d’entraînement, vous pourrez les enchaîner si rapidement que tout végétarien dans un rayon de moins d’un kilomètre se mettra à baver de la mousse en remuant les bras. Quand à votre conscience, elle se ratatinera sagement dans un coin de votre cerveau, ou si elle n’y trouve pas de place, vous pourrez la ranger dans un autre organe de votre choix ou encore dans un tiroir, un carton du grenier ou une poire à lavement.

Mesdames et Messieurs… Les Zarguments

1) les classiques

Le cri de la carotte Lire la suite

Toi aussi encourage le viol comme Kamal

Dans « les violeurs« , je reprenais des passages d’un article écrit par un demeuré quelconque de la communauté des players (sortes de Poires sur le retour animés d’une queutardise à peine complexée); à ceci près que celui-ci a la particularité de gagner sa vie sur la frustration sexuelle de gamins probablement un peu idiots et terrorisés à l’idée d’être toujours puceaux à l’âge de 15 ans. Mais bref.

L’article en question, je le rappelle, était sexiste et problématique à plusieurs niveaux, mais il l’était surtout parce qu’il incitait au viol d’une façon plus que claire. Je ne vais pas reciter les passages les plus choquants (j’en avais déjà cité pas mal dans « les violeurs », vous pouvez les lire en seconde partie de l’article). Je vais me contenter de résumer en quoi l’article était non seulement choquant, mais dangereux. Les conseils suivants étaient donnés:

  • Imposer un rapport sexuel violent à une inconnue, partant du principe qu’à partir du moment où elle est entrée dans votre appartement c’est ce qu’elle veut.
  • Imposer une pénétration violente et des actes sexuels violents à sa conjointe, sans lui avoir demandé son avis auparavant (absence de demande de consentement explicitement précisée).
  • Continuer d’imposer le rapport sexuel violent si la « partenaire » (ou plutôt victime) montre des signes indiquant qu’elle le refuse.
  • Forcer la « partenaire » à une fellation avec éjaculation.
  • S’autoriser sur sa personne tout acte sexuel dont le lecteur pourrait avoir envie, sans se préoccuper de son plaisir à elle. (« ne vous refusez rien »…)

Le tout emballé dans une espèce d’idéologie misogyne et présenté comme une « méthode » (« cette méthode est réellement efficace ») permettant d’arriver à ses fins, c’est à dire d’obtenir un rapport sexuel. L’article propage en outre plusieurs mythes sur le viol: les femmes aiment être forcées, si une femme vient chez vous c’est pour être baisée violemment, elles adorent qu’on ne se préoccupe pas de leur plaisir, elles disent toujours non au début mais finissent par aimer ça si on les force, etc.

Ce texte a évidemment été dénoncé plusieurs fois comme incitant au viol et signalé au gouvernement, mais il est resté en ligne. J’insiste sur le fait que cet article est lu par des jeunes hommes souvent inexpérimentés, s’estimant frustrés sexuellement, déjà pétris de culture du viol, et les encourage donc très dangereusement à passer à l’acte.

Mais pourquoi je vous parle de ça, alors que « les violeurs » date de 10 mois et que la bouse dont je parle est encore plus ancienne que ça?

Récemment, cet article a été dénoncé à nouveau par la blogueuse féministe Dikéju dans un article intitulé Pick Up Artist, le marketing de la violence misogyne. Elle incitait à signaler à nouveau cette page, ce qui apparemment a fini par aboutir à un résultat car le site gouvernemental français indique que la page a été signalée « à de très nombreuses reprises »; de plus elle indique également d’autres moyens de signaler le contenu problématique (à l’hébergeur, à l’agence CSV etc; pour en savoir plus je vous invite à lire directement son article).

Elle a également écrit un courrier à l’agence CSV dénonçant ironiquement sa façon de se faire de l’argent sur le marché du sexisme, courrier également publié sur son blog. Le créateur de l’agence CSV, un super beau gosse dont le charisme animal n’a d’égale que sa formidable tête de winner (voire photo ci-dessous), s’est fendue d’une réponse complètement idiote, accumulant tous les clichés crétins assenés aux féministes par les pires beaufs qu’on puisse trouver. De quoi remplir un bingo féministe à lui tout seul. Notons que l’argumentaire (si tant est qu’on puisse appeler « argumentaire » un peu de bave mousseuse collée sur un clavier d’ordinateur) ajoute le racisme à la misogynie, puisqu’il conseille à Dikéju, après s’être élargi le vagin avec un sex-toy, d’aller s’occuper des vraies victimes de sexisme, les femmes irakiennes. Car c’est bien connu (du beauf raciste et sexiste de base), nous dans notre beau pays du pain-baguette et de la tour eiffel(1), le sexisme ça n’existe pas, c’est le problème des Arabes qui sont méchants avec les pauvres fâmes parce que ce sont des barbares même pas civilisés. Par contre, inciter à violer des femmes, c’est pas du tout un problème: y a pas de voile.

Bref. Depuis que l’affaire est remontée, quelques passages de l’article ont été supprimés, mais des passages très gênants sont restés et de plus, le sens global de l’article est de toutes façons dangereux. On ne peut pas accepter des propos aussi violents et parfaitement décomplexés sous couvert de « conseils sexuels ».

Un viol n’est pas un acte sexuel, mais une agression, bien que les agresseurs aient tendance à confondre les deux. Un acte sexuel n’est pas une agression, mais la rencontre de deux désirs.

Plutôt que de se demander « comment bien baiser » les lecteurs et surtout les auteurs de SeductionByKamal feraient mieux de se demander pourquoi c’est si important de baiser avec des femmes qui ne les désirent pas.

Avec Antisexisme, j’ai lancé sur twitter le hashtag #ToiAussiSéduisCommeKamal afin de dénoncer la culture du viol colportée par ce site, mais aussi par les « players » en général, dont j’ai lu énormément de propos dangereux que je n’ai pas le temps de détailler ici.

 

 

 

 

 

 

 

(ceci étant un échantillon de twits choppé à peu près totalement au hasard).

Nous espérons que le buzz ainsi créé permette d’attirer l’attention sur ces pratiques problématiques (mais malheureusement très lucratives). Mais si ce n’est pas le cas, ça nous aura au moins permis de rire un bon coup.

Et tant mieux, parce que c’est pas tous les jours.

 

A lire aussi:
PUA: quand la drague incite au viol

 

(1) symboles phalliques notoires, et je dis pas ça juste parce que c’est drôle de voir des symboles phalliques partout.

Le nouveau sale: microbiologie de la saleté

Qu’y a-t-il de commun entre l’alcool, la lune, les étoiles, l’urine, la javel et les fœtus?

Saviez-vous que votre réfrigérateur était plus sale que votre clavier d’ordinateur, lequel est plus sale que la cuvette de vos toilettes? Et que les glaçons des fast food sont plus sales que les toilettes des fast food? Ce sont les informations dont les journalistes aiment nous abreuver. Ca fait des titres accrocheurs, les gens ont envie de lire, ils lisent, ils se disent « pouah, mon clavier d’ordinateur est plus sale que mes toilettes! ». Ils nettoient leur clavier (et en bousillent un ou deux en passage pour ceux qui ignorent que les produits d’entretien à vaporiser ne sont pas l’ami des claviers). Puis après ils le disent à tous leurs amis en mode « le saviez-vous »: alerte, alerte! Les claviers d’ordinateur sont plus sales que les toilettes!

Pourtant j’ai bien vérifié. Mon clavier d’ordinateur ne dégage aucune odeur suspecte, il n’est ni tâché, ni gluant, ni quoi que ce soit. De même que les glaçons des fast-food que je me rappelle avoir consommés dans une vie antérieure: ils n’ont rien de suspect a priori.

Oui, mais là on parle d’une crasse invisible, dangereuse, sournoise, celle qui va vous rendre malade et vous tuer: les bactéries.

En fait, toutes ces infos croustillantes évoquant la saleté ou la propreté ne font que parler de la présence de plus ou moins de bactéries. Sur un mode: plus y a de bactéries, plus c’est sale.

Les bactéries, c’est caca (?)

Donc les bactéries sont sales. Partant de ce principe, un petit calcul devrait vous traumatiser à vie: votre corps est composé d’environ 1013 cellules (c’est à dire 1 avec 13 zéros derrière, soit dix mille milliards si je ne me trompe pas). Et il contient de l’ordre de 1014 bactéries (cent mille milliards). Vous êtes donc habité de 10 fois plus de bactéries que vous n’avez de cellules. Vous êtes sale. Très sale.

Vous préférez absorber des boissons ou des aliments propres? Le coca cola est plus propre que l’eau, c’est clair (très peu de bactéries peuvent survivre à l’acidité du coca). Pas forcément meilleur pour votre santé, cela dit. Mais vous pouvez également vous désaltérer de votre urine, qui est stérile si vous n’êtes pas malade. Elle est donc « plus propre » que l’eau.

En fait, non seulement vous êtes très sale, mais tout ce que vous touchez devient sale, et quasiment tout chez vous et à l’extérieur de chez vous est sale, à quelques exceptions près. L’intérieur de votre cerveau est propre, par exemple. Votre bouteille d’alcool à 90° est propre. Le contenu de vos boîtes de conserve est bien plus propres que vos plats maisons. Le coca, l’alcool, la lune, les étoiles, l’urine, la javel et les fœtus sont propres, ainsi que les cratères de volcan en activité. A peu près tout le reste est sale. Mars est peut-être un peu plus sale que Jupiter.

Vous savez ce qui est propre aussi? Prenez du caca, faites-le bouillir. Voilà, c’est propre. Vous pouvez en manger. Par contre, ne mangez pas de fromage, ni de yaourt (même de soja!), qui grouillent de bactéries vivantes. Lire la suite

Pourquoi porte-t-elle un petit short au ras du bonbon pour faire son jogging?

Les beaux jours reviennent, et je sens qu’on va encore y avoir droit: des filles en short et des questions bêtes. Bon, normalement ici, j’essaie de soulever des questions intelligentes, qui quand on y répond intelligemment, amènent d’autres questions, et tout ça. Mais pour une fois, on va essayer de répondre à une question complètement idiote : « Pourquoi porte-t-elle un petit short au ras du bonbon pour faire son jogging ? »

cheval qui broute
Normalement ce texte devrait être illustré d’un petit cul de joggueuse. Mais je n’aime pas trop suivre les filles dans la rue et prendre leur cul en photo, ni racoler sur mon blog avec des petits culs. Donc j’espère que vous vous contenterez de cette photo de cheval.

La réponse la plus simple et évidente est « parce qu’elle vaut se faire vio… parce qu’il fait chaud » . Mais parfois ça se corse puisqu’on m’a déjà demandé très sérieusement pourquoi certaines filles courent avec un petit short très court « alors qu’il fait même pas si chaud que ça » , supputant que la seule raison valable de porter un petit short, c’est parce qu’il fait tellement chaud qu’il serait insupportable de porter un pantalon.

C’est évidemment complètement con comme réponse, mais c’est parce que la question est complètement con. Or, avec des questions cons, il n’y a que des réponses cons, ou péremptoires, du genre: « occupe-toi de ton propre fessier au lieu de te mêler de la vie des joggueuses en short qui ne te regarde absolument pas », ou bien encore « va te pendre », ce qui sont des réponses parfaitement valables, mais éludent la question. Ce qui est normal puisque la question est complètement con et d’ailleurs nous ne sommes qu’à deux doigts de supposer que la celui ou celle qui pose la question est aussi complètement con. Mais d’un autre côté, c’est vraiment un très gros défi d’essayer de répondre à peu près intelligemment à une question idiote. Tentons cet exercice !

Elle porte un petit short au ras du bonbon pour faire son jogging parce que : Lire la suite