Un PNNS pour les véganes français

Je fais passer ici une information importante. Une demande collective a été adressée à la cellule du PNNS (Plan National Nutrition Santé) pour que des informations officielles sur la nutrition végétalienne soient disponibles. Un site internet a été créé: http://www.pnnsvegane.fr/

Pourquoi c’est important?
Le PNNS ne dispense aucune recommandation nutritionnelle pour les végétaliens (mise à part le conseil péremptoire de ne pas suivre ce régime). Cette absence de recommandations est très problématique, puisque que les personnes qui font le choix de se passer de produits animaux sont plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé liés à une mauvaise alimentation, s’ils ne disposent pas de recommandations adaptées à leurs convictions. Ce qui est déjà un problème en soi, mais en plus cela risque de décourager des gens de s’intéresser au véganisme.

Petit aparté à ce sujet: je sais qu’on a tendance à dire que tout va bien dans le meilleur des mondes quand on est végétalien, qu’on retrouve la forme, la santé, la jeunesse… Mais non, il faut être un peu objectif. Oui, le régime végétalien a des avantages pour la santé, c’est indéniable. Mais il y a aussi des choses auxquelles il faut faire attention quand on est végétalien. Par rapport à quelqu’un qui consomme des produits animaux, une personne végane est moins susceptible d’avoir certains problèmes de santé, mais court plus de risques d’avoir d’autres problèmes spécifiques (manque de B12, etc…). Rien de tout cela n’est insurmontable si l’on dispose de recommandations nutritionnelles adaptées (si cela vous intéresse, je vous recommande notamment cette brochure de la société végane, qui est très bien faite et accessible; Il existe aussi une documentation importante sur le site de l’Association Végétarienne de France, avec des fiches plutôt complètes, dont une partie spécialement pour les enfants. Il y a aussi les recommandations officielles du Royaume-uni qui sont très bien, traduites ici en français). Malheureusement, en France, ces recommandations font défaut, les seules recommandations adaptées émanent d’association pour le végétarisme ou le véganisme. Mais des associations il y en a un paquet, et certaines peuvent fournir des informations biaisées, orientées, fausses, non basées sur des preuves… Comment savoir à qui faire confiance? Une personne lambda désirant supprimer les produits animaux de son alimentation saura-t-elle vers qui se tourner? Les professionnels de santé sauront-ils l’aiguiller, ou vont-ils plutôt la décourager? (j’en ai déjà parlé ici).

Je pense qu’au bout du compte, ce sont les animaux qui payent le prix de ce manque d’informations.

Que faire?
Tout est expliqué en détail sur le site, mais en résumé, il s’agit de participer en tant que personne végétalienne à l’étude nutrinet santé. Pour des raisons qui m’échappent, les études réalisées dans d’autres pays ne sont pas considérées valables pour mettre au point des recommandations nutritionnelles pour les véganes français (on se demande d’ailleurs sur quelles études françaises ils se basent pour déconseiller fortement le régime végétalien, mais on risque de ne pas le savoir car les courriers qui posaient justement la question sont restés sans réponse… Bref). Évidemment, pour avoir des informations fiables sur la santé des véganes français, il faut un nombre conséquent de véganes qui participent à l’étude. En-dessous d’un certain seuil, les végétaliens ne seront pas pris en compte. Donc je vous encourage à vous inscrire à l’étude si ce n’est pas fait, et à vous déclarer comme végétalien-ne (tout est bien expliqué dans le site).

22 réflexions au sujet de « Un PNNS pour les véganes français »

  1. Bonjour,

    Je lis ton blog attentivement depuis quelques semaines et… c’est un petit bouleversement pour moi ! Sur certains sujets (le couple) tu exprimes avec clarté des sentiments que j’ai parfois pu ressentir (pourquoi je me sens agressée si une quasi-inconnusse me demande « t’as un mec ? », comme si je me définissais par ça ) ; sur d’autres, alors qu’il y a peu je me définissais comme très gourmande *attentionçaapiquemesalimentspréféréssontleslardonsetlacremefraicheetlefoiegras*, tu me donnes envie de commencer à faire très attention à une consommation beaucoup plus responsable de la planète (d’autres blogs ou sources, proches etc m’entrainent aussi doucement sur cette voie).
    Peut-être est-ce aussi le fait que je fais une thèse sur la déconstruction des normes sociales (plutôt en entreprise) donc que je suis sensible et en accord avec ce que je crois être ta façon de raisonner (déconstruction de ce qui est tenus pour acquis, etc.)
    Bref, même si a priori je n’aurais pas été d’accord, je suis très intéressée par les sujets que tu proposes, et je comprends souvent ta logique ou colère face à la bétise de certains commentaires. Bref, j’aurais mille autres questions à te poser (notamment sur la façon dont tu gères des positions parfois contraires à celles de la masse, parfois je peux être radicale ou cynique et l’effet boomerang est de m’en sentir isolée ou attristée), je les poserai peut-être en commentaires de prochains articles !
    Merci de nous proposer cette voie alternative, qui résonne, qui résonne,

    M

  2. yay! merci de relayer. J’étais pas au courant de cette initiative, et je savais même pas que le végétalisme était considéré comme dangereux par le PNNS. Mais ça m’étonne, mmm très peu? Me suis inscrit du coup.

    je trouve que la page pnnsvegane.fr manque d’un gros lien « POUR S’INSCRIRE C’EST PAR-LA » donc je pense que ça vaut le coup d’inclure le lien direct vers l’étude. J’ai un peu galéré à le trouver sur le site dédié, et de toutes façons ton résumé est quasiment aussi complet que le leur:

    LIEN DIRECT VERS L’ETUDE

    Et après inscription, penser à dire « présent » sur le compteur du site pnnsvegane.fr qui donne une estimation du nombre de végétaliens prenant part à l’enquête Nutrinet:

    Compteur Nutrinet

  3. Je vais participer à l’étude mais j’ai peur que ça ne passe jamais au niveau du PNNS.

    C’est quand même un organise qui donne des recommandations alimentaires en se basant sur les études faites par l’industrie laitière et celle de la viande.

    Autant demander à avoir un stand Vegan au salon de l’agriculture.

    Mais l’espoir fait vivre et je suis curieux de voir le résultat.

    • La société végane a déjà obtenu certaines avancées intéressantes. Si ce site existe c’est qu’il y a une chance non négligeable pour que la revendication aboutisse. Par contre ils exigent des études françaises et pour que nutrinet prenne en compte les vegan il faut qu’ils soient au moins 1000 à participer, si je me souviens bien.

    • héhé je m’incruste mais « Autant demander à avoir un stand Vegan au salon de l’agriculture. » >>> n’empêche, dans un monde idéal, ça serait drôlement chouette de montrer que l’agriculture, c’est ça AUSSI. Mais bon, dans un monde idéal, de toute façon, on mangerait plus de produits animaux donc bon, au final…. -_-

  4. Fabuleux ! (c’est un agréable moyen de recevoir un bonjour non ?)
    Tu tombes tellement bien que je commence à m’inquiéter d’une vague idée de télépathie…. Je suis en pleine « transition ». Je ne mange quasiment plus de viande et ai fortement diminué les produits animaux en général. mais je fais un peu ça à l’arrache (c’est mal, bouuuh) et je me suis justement connecter au net pour chercher des sources « sérieuses », sur l’équilibre alimentaire dans l’alimentation végétale. Parce que comme tu l’as dit, c’est pas si facile que ça de trouver quelques chose d’accessible, et je peux comprendre que ça en décourage plus d’un. Merci donc.

    Oh et puis, ça te fera peut être plaisir de savoir que c’est en partie grâce à ton blog que je me suis engagée sur ce chemin plein d’embûches et tellement essentiel. Vala :)

  5. Le seul danger reconnu du végétalisme dans le PNNS c’est la carence en B12. Le PNNS semble reconnaitre qu’il y a une difficulté à chnager ses habitudes alimentaires et est là justement pour nous y aider. Sauf si c’est pour avoir des repa A coté de cela ils reconnaissent les trois types d’alimentation mais ne donnent des recommandations que pour

  6. Le seul danger reconnu du végétalisme dans le PNNS c’est la carence en B12. Le PNNS semble reconnaitre qu’il y a une difficulté à chnager ses habitudes alimentaires et le PNNS est là justement pour nous y aider. Sauf si c’est pour avoir des repas végétariens ou végétaliens. Là le PNNS dit c’est plus compliqué et abandonne sa mission d’information nutritionnelle. Pourquoi ? Comment ne pas y voir un simple conflit d’intérêt ?
    Sachant la propagande qui s’orchestre chez les nutritionniste et pédiatre pour que dès la jeune enfance nous mangions des animaux sans le savoir et que plus tard l’école nous disent il faut de la viande, que la cantine rende la viande obligatoire.
    Bref… l’état français semble s’efforcer de ne pas laisser le choix aux futurs génération de leur alimentation et cela est condamnable sur le plan politique.

    • Juste par curiosité (et je pose la question de façon très naïve) : il y a vraiment des cantines qui rendent la viande _obligatoire_? Parce que autant le régime végan est souvent décrié (à tort), autant je n’ai pas vu ce genre de « propagande » (terme que je n’hésite pas à qualifier de fort) pour les régimes végétariens. Même les guides alimentaires « traditionnels » ne recommandent pas à ma connaissance une consommation quotidienne de viande, bien loin de là (je prends pour exemple le guide alimentaire canadien, mais j’imagine qu’on pourrait trouver la même chose en France : http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/food-guide-aliment/choose-choix/meat-viande/index-fra.php ).

      • Selon le PNNS, un repas équilibré doit forcément contenir des protéines. Jusque là tout va bien (enfin sauf que l’équilibre alimentaire ne se fait pas sur une seule journée, encore moins sur un seul repas, mais admettons). Le problème c’est que toujours selon le PNNS, seuls les produits animaux contiennent des protéines. Donc pour eux une protéine c’est: viande, poisson, œuf. Et ils conseillent de manger viande ou poisson à chaque repas, voire des œufs quelques fois par semaine.

        Dans le carnet de santé de mon fils il y a aussi écrit qu’il doit manger de la viande ou du poisson tous les jours à partir de 6 mois. Ce qui me parait aberrant: quand bien même je ne serais pas végétarienne, je ne lui donnerais pas forcément de la viande à chaque repas.

        • D’accord, je dois reconnaître que je connais assez mal le PNNS, puisque je vis au Canada. Le guide alimentaire canadien me semble plus objectif dans ce cas (http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/alt_formats/hpfb-dgpsa/pdf/food-guide-aliment/view_eatwell_vue_bienmang-fra.pdf) : 1 seule portion par jour (en moyenne) de viandes et substituts est suffisante pour les enfants, et parmi les 6 choix proposés, on retrouve 4 produits non-animaliers (légumineuses, tofu, beurre d’arachide et noix), avec la note « Consommez souvent des substituts de la viande comme des légumineuses ou du tofu ».

          Qu’est-ce qu’à la France de particulier pour être à ce point tournée vers les protéines animales?

          • En effet, comme on peut clairement le voir sur ce site: http://www.dietethics.eu/fr/nutrition/recommandations-nationales.php
            La France et le Canada divergent pour ce qui est des recommandations alimentaires pour les végéta*iens.

            Je constate encore une fois que la France est très hostile au végétalisme (je l’ai constaté en voyageant et en rencontrant des gens d’autres cultures, puis en me penchant sur les recommandations nutritionnelles grâce à la Société Végane…). Mais je ne m’explique pas précisément pourquoi. Je pense qu’il y a des raisons compliquées à ça…

        • C’pas faux ça, il me semble avoir vu pas mal de parents qui ne donnaient pas de la viande ou du poisson à chaque repas justement (aux bébés de cet âge-là) ! (Je parle de familles d’omnivores)

          • Quand j’étais omnis mes enfants n’avaient de la viande que dès 7-8 mois, et pas tous les jours, surtout qu’à cet âge ils n’aiment pas trop en général.

            Merci pour tous ces guides, ça va beaucoup m’aider dans ma transition vers une alimentation totalement vegan.

        • C’est assez informatif de regarder la recommandation sanitaire pour l’introduction du premier aliment pour un enfant, pour commencer la diversification : céréales au Canada (de mémoire), légume sen France, viande au US.

  7. Je découvre ton blog, tes textes… Et je me demande sincèrement comment j’ai pu passer aussi longtemps à côté de tout ça ♥ Je n’ai pas encore tout lu, mais pour le peu que j’ai lu de ta rubrique « veganisme », j’adore. C’est plus que du vécu, c’est assez bien réfléchis et intéressant. Ton blog, c’est ma découverte en or du mois.

  8. Waow, c’est une super initiative ! J’espère que ça va marcher, même si je ne peux pas y participer, parce qu’il y a sacrément besoin de dépoussiérer les conceptions bizarres de la médecine française en matière de nutrition. Et si ça pouvait être fait avant que j’décide de faire un mouflet, ça m’arrangerait parce que ça m’éviterait de me fighter avec mon toubib sur le thème de « il est hors de question que je mange de la viande tous les jours sous prétexte que je suis enceinte, allez vous faire foutre » (ça laissera du temps pour débattre du reste :D)

  9. Attention, je vais raconter ma vie (qu’est pas bien passionnante):

    Je suis en train de faire un travail sur moi-même pour me sortir d’une anorexie mentale que je me traîne depuis une quinzaine d’années (j’ai 22 ans). Pendant assez longtemps, je me suis forcée à manger alors que trop souvent la nourriture me dégoûtait, et si les discours vegeta*iens m’intéressaient, je ne me sentais pas capable d’y accorder mon régime alimentaire parce que je galérais déjà pour me nourrir correctement (surtout avec toutes les pressions sociales et familiales que ça impliquaient). J’ai toujours en tête cette amie végétarienne qui niait ce qui me semble être une anorexie mentale, qui a dû interrompre des études qui promettaient d’être brillantes et dont je n’ai plus trop de nouvelles. Les rares sites de nutrition vegéta*iennne que j’ai parcouru m’ont fait fuir en vantant à quel point ce genre de régime est meilleur pour la santé parce qu’on perd notre surplus de kilos (que je n’ai pas ^^’).

    En plus de l’aide d’une médecin et d’un psychiatre, c’est mon intuition que j’essaye de suivre pour guérir, et celle-ci m’a amené l’idée que peut-être qu’une des choses que je ne supporte pas en mangeant, c’est de me nourrir de produits de souffrances animales. Mais j’ai peur d’en parler à la médecin et qu’elle me dise que j’ai besoin de protéines animales et tout le blabla. Tout ça pour dire que cette démarche est importante, parce que je ne pense pas être une exception, il y a sûrement plein d’anorexiques/boulimiques/hyperphagiques qui s’en sortiraient mieux si cette forme d’alimentation respectueuse des êtres était acceptée par le corps médical et que des conseils appropriés étaient donnés en France.

    Merci pour tout ce site en tous cas (je suis tombée dessus avec les déboires de Poire le gentil connard), je vais lire doucement les brochures (en me cachant les yeux à chaque fois qu’elles vantent la minceur et en essayant de me dire que non, ça ne va pas me faire encore maigrir) (et en essayant de me convaincre que je serais suffisamment forte pour me défendre quand ma famille voudra me faire manger de la viande).

  10. Je tiens à vous remercier… Je suis devenue végane récemment, et votre blog a été un élément plus que déterminant dans cette prise de conscience (cet homme aussi y est pour quelque chose https://www.youtube.com/watch?v=xYP1GGdRMYo ).

    Donc merci, continuez, j’espère que vous ouvrirez les yeux à bien d’autres.

  11. Bonjour,

    Comment savoir où en est cette initiative à l’heure actuelle ?

    Une autre question pour vous, que pensez-vous des recommandations « high carb vegan » populaires chez les véganes Américains ?

    Merci !

    • Je suppose qu’il y a des mises à jour sur le site de l’initiative?

      Sinon pour les régimes « high carb » pour moi c’est une mode, rien d’autre

Les commentaires sont fermés.