Vos gueules !

Les féministes, c’est comme les véganes: elles comprennent rien.

Le végane est bête. Alors que l’écologiste, intelligent, lui, il comprends que tuer c’est mal mais pas tant que ça, parce que la mort fait partie de la vie, et que les animaux, après tout, sont faits pour être mangés, hé bien le végane, il faut tout lui expliquer, c’est fou ça. Et même que les vaches, elles font du lait, ça les fait même pas souffrir. Qu’ils sont cons ces véganes.

La féministe, elle, ne doit pas être très intelligente, puisqu’elle n’a même pas remarqué que les femmes étaient différentes des hommes, que les hommes pissaient plus loin et qu’après tout, la condition féminine, c’est pas si mal, puisque nous sommes les plus belles créatures de Dieu. Qu’elles sont cruches ces féministes.

Les anti-homophobes ont du louper les cours d’éducation sexuelle, ils sont si nuls en biologie qu’ils n’ont jamais remarqué qu’un homme était fait pour aimer une femme.

Les anarchistes, eux, sont carrément débiles. Ils ont carrément pas compris que dans la vie, tout le monde voulait être le chef de tout le monde.

Les décroissants ne savent même pas que le pognon, tout le monde aime ça, et ils sont apparemment trop bêtes pour avoir remarqué que dans la vie, hé bien il faut travailler, car le travail, c’est le bien.

Les antiâgistes (ça existe, ça?) ne savent pas que les enfants ont besoin d’autorité et de limites, c’est-à-dire qu’on leur interdise des choses, car ce sont tous des petits cons irresponsables.

Les anti-nucléaires n’ont jamais remarqué qu’on avait besoin d’électricité et donc de centrales nucléaires.

Heureusement, il y a toujours des gens intelligents pour nous faire remarquer tout ça, à nous, les véganes, féministes, anarchistes, décroissants, anti-agistes, anti-nucléaires et autres abrutis qui avons apparemment vécu aveugles dans une grotte sous-marine située sur une météorite très très lointaine, pour ne pas avoir remarqué tout ça.

Heureusement qu’il y a des gens intelligents pour nous expliquer le sens de la vie, vraiment. Je sais pas ce qu’on ferait sans eux.

51 réflexions au sujet de « Vos gueules ! »

  1. Joli coup de gueule, je suis stupéfesse de constater que je fais partie de toutes les « catégories » que tu viens de citer.

    Diantre, je suis une minorité dans une minorité dans une minorité…

    INCEPTION !

  2. C’est vrai ça, qu’est-ce qu’on ferait sans eux ? On s’ennuierait ? ça m’étonnerait beaucoup ^^

  3. De fait, je ne connaissait pas le terme « anti-âgisme », même en étant sensibilisée à la question (« Pour l’abolition de l’enfance » de Firestone). Avec un nom pareil, ils militent aussi pour les vieux (ceux qu’on parque et qu’on shoote pour qu’ils se tiennent tranquilles) ?

    • Je pensais surtout à l’autorité abusive exercée sur les enfants, mais c’est vrai que le terme englobe aussi les violences à l’encontre des personnes âgées, ou encore l’injonction insupportable à « rester jeune » à tout prix qui pèse sur tout le monde, en particulier sur les femmes.

      • Que veux-tu dire exactement par « l’autorité abusive exercée sur les enfants » ? Est-ce ironique ? Sinon, dans quel contexte entend-tu cela ? Je suis peut-être à côté de la plaque mais je n’avais pas spécialement remarqué que les enfants de nos jours étaient l’objet d’une autorité abusive, bien au contraire…

        • Je développerai, ce serait trop long ici. Mais non je ne suis pas ironique, je pense que les enfants sont considérés comme inférieurs aux adultes, leurs désirs, leurs inquiétudes, sont considérées comme dérisoires comparés à ceux des adultes, ils ne sont pas respectés en tant que personnes et tout le monde trouve ça normal. Est-ce qu’on punirait un adulte? Alors pourquoi punir un enfant? Bref. J’en parlerai dès que j’aurai un peu de temps. En attendant tu peux consulter ceci par exemple: http://enfance-buissonniere.poivron.org/

          • Hm… A la lecture de l’article sur « la domination adulte », je n’ai pas pu m’empêcher de pousser des « Mais, mais… Mais non !!!! ». A vrai dire, je ne pense pas qu’éduquer son enfant, quand on est parent soit une forme de domination en soit. C’est ce que la société impose comme critères et méthodes de « bonne éducation » qui est arbitraire et donc susceptible d’être assimilé à une forme de domination. Car après tout, on élève son enfant dans le but (l’espoir ?) qu’il soit conforme à ce que la société attend de chacun de ses représentants, voire supérieur. Mais tout n’est pas à jeter, si ? Abolir l’éducation des enfants, c’est sur que dans une logique anarchiste (qui ne m’est pas particulièrement familière), j’imagine que ça a tout son sens, mais ça reviendrait à quoi ? Quel monde espère-t-on après ? Quel fonctionnement ?

          • « Je développerai, ce serait trop long ici. Mais non je ne suis pas ironique, je pense que les enfants sont considérés comme inférieurs aux adultes, leurs désirs, leurs inquiétudes, sont considérées comme dérisoires comparés à ceux des adultes, ils ne sont pas respectés en tant que personnes et tout le monde trouve ça normal. Est-ce qu’on punirait un adulte? Alors pourquoi punir un enfant? Bref. J’en parlerai dès que j’aurai un peu de temps.  »

            Désolé d’intervenir aussi tard (je viens de découvrir ton blog) mais ayant deux enfants à charge, je peux témoigner du fait qu’il est toujours facile pour un observateur extérieur de juger des parents qui semblent avoir un « mauvais comportement », sans forcément avoir conscience du fait que de devoir répéter les mêmes trucs des centaines de fois, devoir exercer son autorité de façon quasi quotidienne pour se faire respecter (ce qu’un adulte bien élevé fait naturellement mais pas forcément un enfant, surtout en très bas age), devoir faire le flic en permanence pour vérifier qu’ils ne sont pas en train de faire des bêtises (et parfois de grosses), supporter les remarques personnelles de la maîtresse suite à des comportement qu’ils ont eu en classe, se sacrifier pour pas mal de choses et tout le reste laisse quand même des traces chez les parents, et que si parfois on craque et qu’une gueulante un peu trop forte ou une gifle part, ça ne veut pas forcément dire qu’on est des monstres sans coeur. Simplement des êtres humains, avec leurs limites, à qui il peut aussi arriver parfois péter un câble.

  4. Et les Childfree alors ? Ils n’ont pas compris que si tout le monde faisait comme eux ça serait la fin de l’humanité et que ça ça serait bien triste, quand même (heeeein)… Encore des gens dépressifs et suicidaires !

    • Je les avais oublié ceux-là. Pourtant c’est pas faute de leur répéter que la maternité c’est la plus belle chose au monde pour lafâme, et pis qu’il faut faire la plus belle chose au monde 2,7 fois.

  5. Les mentalités évoluent lentement, au fil des générations, les gens eux-mêmes n’évoluent pas tellement jcrois.

    Le principe du précurseur, c’est qu’il est minoritaire, seul avec ses bonnes idées face au troupeau. Le troupeau ne changera pas subitement, être réactionnaire, c’est un mécanisme de défense naturel pour la masse. Stupide certes, surtout quand ça revient à se tirer des flèches dans le pied sans jamais s’arrêter, comme aujourd’hui, mais inévitable quand même.

    Jcrois que ça marche comme ça en tout cas, et qu’il faut faire avec. Tu peux continuer à faire du prosélytisme (l’attitude utile et humaniste, et même plus qu’humaniste en l’occurence), et/ou aller vivre dans une yourte en Mongolie quand t’en pourras vraiment plus, mais te mine pas à cause des abrutis réactionnaires sinon t’as pas fini.
    Tu fais de ton mieux, tu fais changer les choses, dans une proportions certes infime, mais déja infiniment plus positive que la majorité (écrasante) des imbéciles. Ils sont inévitables, et s’ils refusent de changer tant pis pour eux, pas pour toi.

    • J’ai cru entendre mon compagnon y’a pas long de ça… ;) Sans doute que l’Elfe dépense bien plus d’énergie que moi…

      C’est vrai qu’il faut savoir penser à soi avant tout… Savoir prendre l’air en tout cas…

      J’ai souvent l’impression de brasser de l’air pour rien…

    • « Les mentalités évoluent lentement, au fil des générations, les gens eux-mêmes n’évoluent pas tellement jcrois. »

      C’est vrai, mais je pense que c’est surtout parce qu’une mentalité a une espérance de vie qui dépasse de beaucoup celle des gens.
      Pour « changer », il faut un référent, et chaque génération change selon le référent de leurs ainés. (le déclic étant souvent les parents je crois)

  6. Je regrette tes billets argumentés…
    Bon, en soi, je n’ai rien contre les articles destinés aux déjà convaincus, ou les coups de gueule, mais alors il faut se limiter à un ou deux sujets pour lesquels on part du principe que le lecteur est déjà convaincu, car tu ne peux pas espérer que la majorité d’entre nous soit déjà convaincue par les 7 trucs que tu cites ici (j’ai par exemple quelques doutes sur la viabilité de l’anarchie).

    • Oh bah oui, sur son blog à elle, il faut qu’elle fasse tout comme les autres ont envie qu’elle fasse et pas du tout comme elle, elle veut… Pasque sinon, panpan cucul, adieu le lectorat ! C’est vrai qu’un blog n’est pas fait du tout pour exprimer ses opinions personnelles nanméoh !

      • Yes. Comme quoi, le plus consensuel est encore celui qui se la ferme. Il faudrait que quelqu’un mette en lumière ce diktat qui veut que la sphère privée soit sous conditions.
        L A G U E R R E C ‘ E S T L A P A I X
        L A L I B E R T É C ‘ E S T L ‘E S C L A V A G E
        L ‘ I G N O R A N C E C ‘ E S T L A F O R C E

  7. Vous me faites dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai pas dit qu’il fallait adopter la ligne idéologique des lecteurs ou parler de tel ou tel sujet, mais que ce serait mieux d’expliciter certains trucs, de ne pas faire des « private kicks » dans tous les domaines. Il y a sûrement de très bon arguments en faveur de l’anarchisme, mais si on les connaît pas on ne comprend pas la phrase. L’elfe posterait des billets « coup de gueule » contenant, sur toute une série de sujets scientifiques divers et variés, des private kicks tels que « Les partisans de la théorie de cordes bosoniques, eux, sont carrément débiles. Ils ont carrément pas compris que les tachyons sont une particule imaginaire et que l’univers n’a que 11 dimensions », je ferais la même remarque.
    J’ai donné mon avis de lecture, c’est à ça que servent les commentaires, après l’Elfe en fait ce qu’elle veut.

    • Je ne pense pas que ça soit le fait que tu donne ton avis qui dérange. (Enfin j’espère ! Les commentaires servent à ça.) C’est plus les « il faut », « tu ne peux pas » …
      Et sinon, moi aussi j’aimerai bien des billets argumentés sur l’anarchisme, l’antiâgisme et surtout sur l’abolition du système pénal. (Oui, j’ai lu Catherine Baker.)
      Enfin, j’veux pas avoir l’air de passer commande hein ! ^^

      • Nan mais y en aura des articles argumentés, mais je trouve que c’est un peu gonflé et/ou à côté de la plaque de venir critiquer parce que « je suis pas convaincu » comme si mon but en postant cet article était de convaincre les lecteurs en général et Pete en particulier. C’est pourtant évident que ce n’est pas le cas, et pis c’est mon blog, j’écris ce que je veux, si j’ai envie de vous emmerder avec des sujets tels que l’histoire de la broderie fine, personne n’est obligé de lire.
        En plus, cet article n’est peut-être pas argumenté, mais ce n’est pas JUSTE un coup de gueule, il a un sens. Ca rejoint un peu le « tu ne comprends pas » http://lesquestionscomposent.fr/tu-ne-comprends-pas/ mais en élargissant à d’autres types d’oppression, et ça rejoint un peu aussi « la secte majoritaire ». Pour moi c’est très important, et même si ici je le dis d’une façon ironique, c’est important de souligner qu’aussitôt que tu proposes un changement social, on te ramène à la norme sociale comme si tu ne l’avais pas comprise, comme s’il fallait que tu l’intègres mieux.

  8. Par définition, si quelqu’un est contre A (un changement ou le statu quo) et pour B (un changement ou le statu quo), il va défendre B et critiquer A. Un végane expliquera à un viandard ses arguments « comme si le viandard ne les avait pas compris, comme s’il fallait qu’il les intègre mieux ». Ça n’a rien de propre à la secte majoritaire.

    • Ha bon parce que selon toi, le pékin lambda mangeur de viande sait tout sur le véganisme, il sait pourquoi on devient végane, comment on fait, quelles sont les implications de la production de produits animaux non carnés, les modes d’élevage, il sait comment se nourrit un végane, il a réfléchi à la notion d’antispécisme, il comprends la vision antispéciste de notre relation aux animaux, il sait en quoi il est problématique de considérer comme absolu la différence culturelle entre les humains et les autres animaux. C’est intéressant comme point de vue. Je me demande bien pourquoi je fais un blog.

  9. Je n’ai jamais voulu dire que les gens savaient tout du véganisme et que le défendre n’est que radotage ! Si c’est ce que la formule que j’ai reprise sous-entend, alors il faut comprendre que les militants cités, eux, contrairement aux gens de la secte majoritaire, ont tout compris de la sociologie, de l’économie, de l’écologie, de la physique, etc. Or, d’après ce que j’ai constaté, les ignorances multiples, les erreurs grossières, les paralogismes et les assertions manifestement fausses sont monnaie courante chez eux (comme chez leurs opposants d’ailleurs : tu as raison de dire que ce sont toujours un peu les mêmes arguments bancals qu’on entend). Par exemple, quelle que soit la pertinence, dans le fond, de la critique du nucléaire, il se trouve que oui, on est obligé de faire des rappels de physique niveau lycée à certains anti-nucléaires qui racontent un peu n’importe quoi.

    • Si ce n’est pas ce que tu as voulu dire, alors il faudra m’expliquer ton commentaire, qui est totalement incompréhensible. Je pense que mon article est très clair, et montre de façon tout à fait limpide comment les gens défendent le système en rappelant sans cesse la norme à ceux qui essaient de la remettre en question. Vouloir inverser les rôles relève de la pure mauvaise foi. Quant aux anti-nucléaires nuls en physique ou autres militants qui disent des bêtises, je me contenterai de dire: quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.

  10. Je trouve que Pete a raison. Avant, tu faisais des articles très complets, tu réfléchissais sur chaque point, tu te remettais en question, et tu voulais surtout chercher la vérité. Bref, ton blog était d’une grande rigueur philosophique et scientifique, et c’était suffisamment rare pour être appréciable.
    Aujourd’hui, et, tu m’excusera de me mêler de ce qui ne me regarde pas, depuis ton retour en France, tu postes des coups de gueule, des recettes de cuisine, des opinions, qui ont beau être les même que les miennes… ben justement, je n’ai pas besoin d’aller sur un blog pour lire mon opinion assortie d’un « les autres sont vraiment bouchés », ce que je savais déjà. Bien sur, c’est ton blog, et si tu veux changer de ligne éditoriale, tu fais comme tu veux. Mais c’est dommage, la recherche de la vérité aura perdu un excellent penseur.

      • Eh bah l’elfe, qu’est-ce qui t’arrive ? :(
        Je te trouve super agressive en ce moment. Tu prends super mal les remarques qui te sont faites.
        Serait-ce un coup de déprime dû au retour en France après un an de vagabondage ? Ou l’amertume de ne pas avoir vu ton candidat préféré autant que favori NS être réélu (oui, on a bien vu la vidéo de la manifestation de droite, soit disant ironique, on a bien compris que c’était en réalité une VRAIE manif de droite ; tu n’as leurré personne ! ;) )?

        • Oui je suis agressive fushi mais là on me les brise, quoi. « c’était mieux avant gnignigni ouin ouin ». Avant j’écrivais ce que j’avais envie d’écrire, maintenant j’écris toujours ce que j’ai envie d’écrire (et ce que j’ai le temps d’écrire), si y en a qui sont pas contents, ils ont qu’à relire les anciens articles, ou aller voir ailleurs. Moi aussi je peux jouer le refrain de « c’était mieux avant »: avant, personne me disait quoi écrire, j’écrivais ce que je voulais, j’étais libre et je compte bien le rester. Si j’ai envie d’écrire « caca prout lol » sur mon blog, je le ferai, c’est tout. C’est un espace d’expression libre et je compte bien faire en sorte qu’il le reste. Qu’on discute de mes idées, je ne demande pas mieux (pourvu que ce soit avec un minimum d’honnêteté intellectuelle). Mais qu’on vienne me dire quoi écrire, et surtout qu’on ose venir me dire quoi NE PAS écrire, alors là, mais qu’ils aillent se faire foutre.

          Je suis sans doute un peu moins zen maintenant que je suis sans ronds, sans travail, sans appart et sans diplôme utile en train de mener plusieurs projets difficiles au milieu d’un pays de cons allergiques à la liberté. Non, je ne déprime pas, disons plutôt que je me bats continuellement, avec les très hauts et les très bas qui en résultent. Mais en dehors de ma zénitude ou non-zénitude: entre la paperasse, les formations, les recherches d’emploi, les projets divers et variés et les petits passe-temps du genre préparer une bouffe pour 50 personnes avec un vélo et quelques tonnes d’ordure, j’ai peut-être d’autres priorités que d’écouter les jérémiades de parfaits inconnus. Quand ils auront fini de geindre, peut-être qu’ils se mettront eux-même à écrire les supers articles trop bien que je devrais, selon eux, produire gratuitement et avec prodigalité en mettant de côté ma vie personnelle.

          • Le message de Typy est marrant.
            Tellement prétentieux et exigeant, ça devrait même pas t’atteindre.

            Fuck, un commentaire pour se plaindre parce que tu postes des recettes de cuisine ? wtf ?
            C’est même pas bidon, c’est 10 000 univers remplis de bidons.

          • Rien ne justifie une telle agressivité. Le message de Typy est peut-être maladroit ou agaçant, mais il est également élogieux à ton égard. Un type donnerait un coup de pied au cul d’un chien qui lui fait la fête de manière lourdingue (ce qui est casse-pied mais est en même temps une preuve d’affection) en se justifiant par un « il me les brise », tu trouverais ça, à juste titre, choquant.
            Quand on tient un blog, inévitablement, il y a des lecteurs qui vont se plaindre d’un changement dans la « ligne éditoriale » (non pas pour être « prétentieux », Ribz, mais par goût pour l’ancien style), des lecteurs qui ne vont pas comprendre un article, des lecteurs qui, sans avoir l’intention de troller, vont se montrer maladroits ou agaçants, des lecteurs qui vont discuter un point précis qui leur tient à cœur au lieu de se contenter des grandes lignes, des lecteurs qui n’auront pas bu leur café et seront lent du bulbe, des lecteurs qui diront un truc anodin mais qui va te rappeler une discussion pénible avec un con, que sais-je encore. Si tu ne supportes pas ça, tu peux au choix ne pas écrire de blog public, ou désactiver les commentaires, ou effacer les commentaires qui t’agacent, ou tout bêtement ne pas y répondre, ou, comme l’insolente veggie, y répondre avec humour, par un trait d’esprit ou du second degré… Il y a des tas d’alternatives à la violence verbale.

          • @Ribz > Si Typy est arrogante, alors que dire de l’Elfe qui ose envoyer paître quelqu’un qui la qualifie de « grand penseur », « d’une grande rigueur philosophique et scientifique », « rare » et « appréciable » ?

  11. Bon, j’en ai marre de me faire insulter à chaque fois que je poste un commentaire vaguement critique (ce que je fais très rarement, soit dit en passant). Je veux bien avoir compris de travers une fois ou deux, mais quand c’est l’objection systématique, je me dis que le problème ne vient pas de moi. Je ne suis pas plus bête qu’un autre, et je n’ai pas de propension particulière à déformer les propos des gens (par exemple, je ne pense pas avoir déformé les propos de Lestel dans la critique que j’ai faite de son bouquin dans les Cahiers antispécistes).
    Ton article est loin d’être explicite :
    1. Tu présentes ces arguments comme des idées communes qu’on a entendu 100 fois dans la bouche de gens croyant nous apprendre des trucs (comme le cri de la carotte), sauf que certains semblent dépourvus de sens (et donc peu employés). Ex : « Les anti-nucléaires n’ont jamais remarqué qu’on avait besoin d’électricité et donc de centrales nucléaires. ». Personne ne prétend que « électricité → centrales nucléaires », tout le monde sait bien qu’on peut faire de l’électricité avec, par exemple, des carburants fossiles, et qu’il y a des tas de pays dans le monde qui n’ont pas de centrales nucléaires. De même, je suis trop bête pour voir le lien entre la décroissance et « hé bien il faut travailler, car le travail, c’est le bien. » (les décroissants ne disent pas qu’il faut cesser de travailler, juste qu’il faudrait travailler moins pour produire moins).
    2. Dans l’avant-dernier §, tu dis que les gens « nous font remarquer tout ça » alors qu’on l’a déjà remarqué, n’ayant pas vécu dans une grotte. J’aurais compris ce paragraphe si les objections en question n’étaient, dans le cas des jugements de fait, que des banalités vraies (que, donc, les contestataires ont pris en compte dans leur théorie. Par exemple « mais les centrales au charbon ça dégage du CO2 » ; réponse de l’anti-nucléaire : merci, j’avais remarqué, je n’ai donc pas fondé mon modèle de sortie du nucléaire sur le charbon). Mais comme tu penses que ces jugements de fait sont faux, on a un peu de mal à te suivre (comment peut-on remarquer des choses qu’on tient pour inexistantes?)…
    3. En commentaire, tu écris : « aussitôt que tu proposes un changement social, on te ramène à la norme sociale comme si tu ne l’avais pas comprise, comme s’il fallait que tu l’intègres mieux ». Or les arguments de l’article ne sont pas tous des normes sociales (=des jugements de valeur et des règles de conduite), mais aussi des jugements de fait. Certains impliquent des jugements de valeur différents des tiens, d’autre non. On peut détester autant l’autorité que les anars mais trouver l’anarchisme infaisable parce qu’on pense que « dans la vie, tout le monde voulait être le chef de tout le monde. ». Si on pense que les enfants « sont tous des petits cons irresponsables », alors il est logique de penser qu’il faut leur interdire des choses même (et surtout) si on veut leur bonheur autant que toi.

    Bref, cet article est loin d’être « tout à fait limpide ». Et quand bien même, si tout ce que tu trouves à dire quand on ne comprend pas ce que tu écris, c’est que ton article est parfaitement clair et que c’est le lecteur qui n’est pas comme il faut (pas assez intelligent, et surtout pas assez complaisant), alors il vaudrait mieux écrire un journal intime qu’un blog public.

    « Vouloir inverser les rôles relève de la pure mauvaise foi ». Je n’inverse pas les rôles, je ne suis simplement pas convaincu de l’existence des « rôles » dans tous les cas cités (à savoir : un contestataire qui connaît parfaitement son sujet, et un type lambda qui rabâche une norme sociale à coup d’arguments débiles). Car :
    1. Rabâcher des normes, ou une série de postulats, n’est pas propre aux majoritaires. La littérature anarchiste, pour ce que j’en ai lu, correspond parfaitement à ta caricature : on prend de haut les gens ordinaires (ce sont des imbéciles, ils ne comprennent rien, sont manipulés, mais nous on a tout compris), on donne très peu d’arguments, mais beaucoup d’assertions gratuites (soi-disant évidentes).
    2. Certaines des arguments de la « secte majoritaire » me paraissent largement imaginaires, notamment ceux sur les anars, le nucléaire, les décroissants et les enfants tous cons irresponsables : peu de gens disent des trucs aussi bêtes.
    3. Les problèmes évoqués ne sont pas tous comparables. Quel est le rapport entre l’âgisme, une discrimination consensuelle, et le nucléaire, un choix de politique énergétique dissensuel ? Dans le 1er cas il y a un consensus non discuté et intégré par les gens, dans l’autre une controverse publique avec des pour, des contre, des mitigés…

    Ta dernière phrase, c’est le pompon… Non, ce n’est pas parce que quelqu’un a une conclusion vraie qu’il faut accepter des arguments faux. Si quelqu’un m’explique qu’il ne faut pas tuer les vaches parce que sinon la déesse bidule va nous plomber notre karma, non, j’approuve pas, même si je suis d’accord pour ne pas tuer les vaches. Après, tu peux penser que les arguments sont parfois secondaires, mais qu’est-ce qui te permet de traiter d’imbécile ceux qui sont attachés à la vérité, à l’exactitude ? Même à supposer que j’attache de l’importance à des détails qui n’en méritent pas, qu’est-ce qui te permet de dire que c’est par imbécillité que je le fais ? Je pourrais m’attacher à ces détails parce que je suis prof de physique, ou parce que je suis un militant anti-nucléaire qui a à cœur que les militants aient un argumentaire impeccable. Qu’est-ce qui t’autorise à m’éreinter comme ça, par une vacherie lapidaire ?
    Peut-être que dans le cas du nucléaire, tu penses que la compétence en physique n’est qu’un point de détail, mais ce n’est qu’un seul exemple que j’ai donné. Certains décroissants (disons ceux qui sont décroissants par rationalité économique) fondent leur argumentaire sur une conception fausse de la notion de ressource. Ce n’est pas un détail, c’est à cause de cette conception de la ressource qu’ils sont décroissants. Là encore, c’est un exemple, je pourrais parler des anars qui se fondent sur une théorie anthropologique contestable, des véganes qui se fondent sur des théories hygiénistes ou naturalistes très contestables, ou sur des délires (je suis tombé un jour sur un type qui ne mangeait pas les animaux pour que son inconscient ne soit pas envahi par leur esprit dans son sommeil).

    Pour finir tu me reproches ce que tu fais, ici ou dans d’autre discussions, à savoir comprendre de travers ce que j’écris : « comme si mon but en postant cet article était de convaincre les lecteurs en général et Pete en particulier. ». Justement, j’ai dit très exactement le *contraire* dans mon commentaire initial, puisque j’y *déplore* que tu ne cherches pas à convaincre le lecteur. Et je n’ai évidemment pas dit que les gens sont tous au courant des arguments antispé, moi non plus je ne vis pas sur une île déserte. Et j’ai pris soin de préciser que je ne tirais pas prétexte de bêtises dites par les uns ou les autres pour escamoter le fond de leur combat (« quelle que soit la pertinence, dans le fond, de la critique du nucléaire ») Dans tes trois commentaires, tu me fais dire ce que je n’ai pas dit, et je ne t’ai pas vilipendé pour autant.

    • Dude, le but de l’article, c’était pas de défendre une des idées listées.

      L’elfe déplore la propension des gens mal informés à pas se rendre compte qu’ils sont mal informés.
      Un con qui sait qu’il est con, il est tout de suite un peu moins con, et en tout cas il le parait moins, et il est bien parti pour apprendre.
      Un con qui « sait » qu’il a raison parce que … rien, parce qu’il a appris des trucs et qu’il sait les répeter, ça énerve.

      L’occidental de base, avec son ego colossal, est assez nul en débat. Le but de la discussion c’est de gagner à tout prix, en parlant fort, en énervant l’autre, en se focalisant sur la moindre erreur de l’autre, en en appelant à des arguments d’autorités genre « c’est l’opinion de la majorité/d’untel », et que sais-je encore, mais il est rarement nécessaire d’être cohérent, voire informé du sujet.
      Et surtout, il « sait » que son avis est tellement important, et qu’il faut surtout le respecter, voire le ménager. Sinon il peut tout simplement couper court au débat. Il peut aussi le faire à un moment aléatoire pour ne pas avoir tort.

      Du coup, l’elfe, comme n’importe quel-le activiste, est sous pression. Elle fait un article pour exprimer ça, jcrois.

      • Merci ribz (pour tes 2 coms). Comme quoi, ce que j’écris n’est pas si incompréhensible que ça…

        • Mais je t’en prie, tu passes ton temps à essayer d’aider tout le monde, c’est bien la moindre des choses de te soutenir quand on peut.

          Et puis jsais ce que c’est d’être à la place de Pete, de focaliser sur un détail et de passer à coté du sens de l’article x)

          Bref, my pleasure !

        • Une fois encore, tu me fais dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai pas dit que le texte était « incompréhensible », mais qu’il était faux de dire qu’il était « parfaitement limpide ».
          Il ne suffit pas qu’un lecteur ait compris dans les grandes lignes (ce qui, je crois, est aussi mon cas) pour prouver qu’une texte est parfaitement limpide. Et quand on sait déjà ou qu’on pense déjà ce que dit l’auteur, ça facilite.

  12. Perso je comprends « l’agressivité » de l’elfe, et je réagirais pareil, car j’ai l’impression de lire la même chose que des gens sortis d’une séance ai cinoche, déçu de ne pas avoir vu ce qu’il voulaient voir…
    Ou des clients de supermarchés déçus de ne pas avoir trouvé leurs si bons fruits pas de saisons…
    bref, des gens qui ne se contentent pas de ce qu’on leur propose, et qui voudraient un peu plier ce qu’ils ont sous leurs yeux à leurs goûts à eux.
    Un peu comme l’amoureux des thuyas va plier la nature à sa volonté en taillant ces beaux arbres en arbustes aux formes ridicules et tout sauf naturelles.

    Heureusement que ceux qui voient dans ces derniers articles un manquement à la bien séance internetale ont lut l’article de notre pauvre amie sur le végane « vitrine »…
    Puis finalement heureusement qu’il y a des gens pour rappeler le mode d’emploi des blogs, parce que sinon ça va être l’anarchie…

    PS: oui je sais, « c’est pas ce que j’ai voulu dire ! »

  13. T’inquiète, l’elfe. C’est le revers de la célébrité. Un type a dit un jour :
    « Si tu distribues des glaces gratuites, il y aura toujours un tas de gens qui finiront par se plaindre des goûts proposés, et d’autres se plaindront que tu ne leur donnes pas aussi du sirop et de la chantilly et du nougat. »
    (un blogueur influent nommé Steven Den Beste, qui a dit ça au moment où… il fermait son blog parce qu’il en avait marre)

    • Personnellement, c’est quand je mangeais de la viande que je vivais dans un monde de bisounours. J’étais PERSUADEE que les animaux étaient bien traités et ne souffraient pas.Et j’étais pas la seule car des gens me sortent ça des fois « nan mais ils souffrent pas les zanimo hein ». ha bon.

      • Oui c’est également mon ressenti (j’ai mis du temps avant d’avoir le déclic et de passer le cap…) et aujourd’hui je suis toujours outrément « amusée » d’entendre des gens juger naïfs ceux et celles qui décident d’arrêter leur consommation d’êtres sentients tout simplement par justice pour eux…

Les commentaires sont fermés.