Food Not Bombs Montpellier !

Voici l’article que le magazine La Montpelliéraine a publié au sujet de Food Not Bombs Montpellier:
Faites la bouffe pas la guerre
Ce week-end aura lieu le 6ème partage de repas de Food Not Bombs Montpellier (la collecte commence demain, pour ceux du coin qui sont intéressés).

N’hésitez pas à consulter régulièrement le blog ! Pour être mis au courant des horaires des collectes et des réunions, la page facebook du collectif est aussi très utile. N’hésitez pas à partager ces liens sur les réseaux sociaux, les blogs, les forums, au bureau, dans la rue, dans le métro, dans les toilettes de bar, sur les avions et les autobus, dans le ciel et sur la lune.

Insoumission à l’école obligatoire

J’inaugure aujourd’hui une rubrique « lectures » avec un livre qui m’a particulièrement touchée. Chance, il s’agit d’un livre gratuit, qui nous est partagé par les éditions tahin party, vous pourrez donc vous faire votre propre opinion. De plus, il est bien écrit et se lit vite, donc je vous conseille vivement de le lire plutôt que de vous fier à cet article si vous désirez discuter des idées qui y sont évoquées. Il est difficile de restituer la pensée de l’auteure sans la dénaturer: bien que très radicale, elle est riche, complexe et pleine de subtilité.

Insoumission à l’école obligatoire est écrit sous forme d’une lettre ouverte, dans laquelle Catherine Baker s’adresse à sa fille Marie, et lui explique pourquoi elle ne l’a jamais envoyée à l’école. Le résultat ne fait pas dans la demi-mesure, c’est peu de le dire, et constitue un véritable livre noir de l’école. Il est très documenté et non seulement Baker s’appuie sur les propres données des institutions scolaires pour démontrer ce qu’elle pense de leur inefficacité et leur nuisance; mais elle a également l’audace de s’appuyer sur des textes et citations de ceux-là même qui soutiennent le système scolaire pour démontrer la dangerosité et l’inanité de leur pensée. Elle évoque également plusieurs expériences de vie avec des enfants en lieu libertaire.

Baker n’emploie pas seulement des arguments pertinents, avec chiffres et statistiques à l’appui, qui font de ce petit livre un puissant argumentaire contre l’institution scolaire. Elle dévoile aussi, à travers les lignes, une vision de la vie touchante, personnelle et très belle, empreinte de liberté et d’indépendance, mais surtout du goût d’apprendre, d’expérimenter, d’aimer. Plus qu’un pamphlet contre l’école, c’est un élan de liberté, de révolte contre tout ce qui bride, formate et amoindrit l’enfant et sa pensée, contre ce qui entrave ce que Baker appellerait la souveraineté de l’individu:
Lire la suite

Poire le Player

« Les PUA ne sont pas tous la lie de l’humanité, enfin, je crois. »
L’elfe.

Oui, je m’autocite, maintenant. On pourra à juste titre m’accuser de me regarder le nombril, mais quelle plus belle entrée en la matière que cette phrase (à un ami « coach PUA » sur Facebook) qui résume à elle seule tout la complexité de cette affaire de Pick-Up.

Je vous vous entend déjà. « Mais qu’est-ce qu’un PUA? ». Vous pouvez déjà deviner qu’un PUA est quelqu’un qui adore les acronymes. PUA est l’acronyme pour « Pick-Up Artist ». Le PUA aime aussi utiliser l’anglais, surtout quand c’est inutile. « Pick-Up Artist » signifie « Artiste de la drague ». Car pour le PUA, la drague est un art. Ses vigoureux coups de reins sur toutes les couchettes douteuses du monde sont comme autant de coups de pinceaux donnés par un Van Gogh ou un Monnet. Ses piques et compliments sont autant de notes de musiques dans une symphonie de Mozart. La séduction est un Art, un Art et une Science, qu’on se le dise.

Il serait néanmoins temps de clarifier un peu de vocabulaire. Lire la suite