Comment éduquer sans punir ?

Les enfants n’apprennent pas à se comporter de manière plus désirable en étant forcés de se conformer aux souhaits de leurs parents. Au contraire, s’ils sont vulnérables, ils chercheront à disparaître, à agir secrètement pour ne pas être découverts, en d’autres termes, à prendre leurs distances. Les relations ne peuvent pas être construites sur de telles bases.

Tous les êtres humains sont confrontés à des émotions et n’ont pas la capacité de les exprimer d’une manière digne et empathique. Ils s’échauffent et agissent de manière irrationnelle. Lorsque nous nous comportons « mal » en tant que parents, nous nous sentons particulièrement frustrés et ruinés.

La conséquence de la punition est une dualité contrastée dans la famille : les parents contre les enfants. En fait, nous devons faire comprendre que les parents et les enfants font partie de la même équipe : un ensemble.

11 astuces pour éduquer son enfant sans le punir

1.      Tenez compte du stade de développement de l’enfant lorsque vous faites des demandes.

Au fur et à mesure que votre enfant grandit, modifiez les règles (comment rester à la maison, quelles tâches l’enfant doit accomplir), mais gardez toujours le monde à sa portée. Veillez à ce qu’il ait un bol uniquement pour la soupe et laissez-le participer à la préparation des repas avec un tabouret : l’apprentissage se fait progressivement et dans un environnement détendu. En outre, les enfants apprennent par imitation, une méthode importante.

2.      Respirez profondément

Respirer profondément ou quitter la pièce vous aidera si vous vous rendez compte que vous êtes sur le point de crier ou de réprimander votre enfant. Vous pouvez prévenir les comportements malsains chez votre enfant et chez vous-même en suivant ces étapes. Les enfants peuvent également apprendre à contrôler leur colère en prenant modèle sur eux. Il est même possible de l’expliquer à votre enfant, en lui disant par exemple : « Je suis tellement en colère que j’ai besoin de prendre quelques respirations profondes, puis nous pourrons continuer. »

Soit dit en passant, votre enfant devrait également bénéficier de cette pause. Un enfant qui pique une colère ne doit pas être malmené. Avant de lui parler, attendez que la situation se calme.

3.      Les minuteurs et les alarmes sont utiles pour passer d’une activité à une autre

Les enfants ont souvent du mal à abandonner une activité pour une autre : arrêter de jouer pour aller dîner, arrêter de lire pour prendre un bain, etc. En effet, les enfants se préoccupent beaucoup moins de l’avenir et sont concentrés sur le présent. Dans de telles situations, envoyez toujours des messages clairs et cohérents et respectez-les. Par exemple en fixant des alarmes pour manger et sortir. Ne criez pas ces messages d’une pièce à l’autre, mais expliquez-les à l’enfant directement, éventuellement.

4.      Jouer ensemble

Le jeu est un élément important de l’apprentissage. Les jeux de rôle ou les jeux de Lego sont un excellent moyen pour votre enfant de mettre en scène des situations et de pratiquer des comportements sains. Votre enfant et vous tirez de nombreux avantages à passer du temps ensemble. En plus de renforcer vos liens, jouer ensemble renforce votre confiance.

5.      Voici quelques moyens simples d’éviter le désastre

Si vous ne dites pas à votre enfant ce qui va se passer dans la journée, il risque de se retrouver dans des circonstances inattendues. De nombreux problèmes proviennent du fait qu’ils ne savent pas ce qui va se passer. Cela les amène à manifester leur malaise de manière non conventionnelle. Vous pouvez éviter les conflits grâce à de petites astuces : si vos enfants n’ont jamais rendu visite à des amis ou à des parents auparavant, préparez un sac de jouets « neufs » (il suffit de les retirer de la circulation avant) pour l’occasion, afin de rendre l’expérience plus agréable pour eux.

6.      Considérez les règles qui sont les plus importantes pour vous

S’assurer que les règles familiales sont respectées devient de plus en plus important au fur et à mesure que vous imposez des règles. Dans les familles, il y a beaucoup plus de règles que celles qui s’appliquent à la société dans son ensemble. L’objectif est de maintenir à tout moment les limites et les besoins de chacun. De toute façon, un enfant ne peut retenir qu’un nombre limité de règles à son âge. Considérez vos priorités absolues. Ce sont les règles sur lesquelles vous devriez vous concentrer. Votre enfant pourra ensuite les mettre en pratique avec vous.

7.      Écoutez sa colère pour la gérer

Lorsque vos enfants piquent des crises de colère, veillez à ne pas vous blesser ou à ne pas les blesser. Écoutez ce que votre enfant souhaite dire. Dans le cas des adolescents, il est indispensable de faire de la place à l’autre personne tout en se taisant. Lors de l’examen d’une situation difficile (comme un enfant qui se plaint de l’école), des questions comme « Que veux-tu dire ?  » et  » De quoi as-tu besoin ?  » peuvent être posés. As-tu besoin de quelque chose ? Tu as besoin de quelque chose ? À ton avis, quelle est la solution ?

8.      Faites des suggestions alternatives au lieu d’un « non » sec.

Si son comportement ne répond pas à vos critères, vous devez lui proposer des solutions alternatives. Par exemple, nous ne pouvons pas ramasser ces fleurs, car elles ont été plantées pour décorer la ville.

Vous pouvez indiquer à votre enfant des tâches précises. Par exemple, taper le numéro d’un distributeur automatique ou prendre les bouteilles d’eau lorsque vous faites vos courses. À ce stade, ce n’est pas un problème pour un enfant qui est concentré sur ce qu’il fait sur le moment.

À lire également : Quel est le meilleur oiseau de compagnie pour un enfant ?

9.      Assurez-vous d’être clair sur vos besoins et vos limites

Vous n’êtes pas obligé de tout supporter sous prétexte que vous ne punissez pas. Assurez-vous que votre enfant sait où sont vos limites. Dites-lui quelles sont les règles que vous attendez, les conditions de vie, et quels sont vos besoins. Enseignez à votre enfant pourquoi certains comportements sont nuisibles (comme frapper fait mal et mentir nuit à la confiance).

10.  Vous devez revoir vos attentes à la baisse

On ne peut pas attendre des enfants qu’ils se comportent comme des adultes. Au lieu d’attendre de votre tout-petit qu’il se comporte de manière prudente et raisonnable sur la route, tenez-le et courez devant lui à tout moment. De même, quelqu’un qui vole votre vélo n’est pas la même chose qu’un enfant qui vole un jouet. Vous devez donc envisager la situation différemment.

11.  Leurs actions doivent être vécues comme des conséquences

Lorsque votre enfant insiste pour faire quelque chose qui n’a pas de sens pour vous, faites-lui vivre les conséquences de ses actes. Par exemple, s’il ne veut pas mettre de chaussures, allez pieds nus dehors. Même en hiver, ces sorties ont tendance à être courtes.

Pourquoi il faut éduquer sans punir ?

En ce qui concerne les punitions, il y a deux préoccupations principales avec ce mode de fonctionnement :

La punition ne conduit pas au type de comportement positif que les parents souhaitent.

L’enfant n’apprend rien, mais supprime temporairement le comportement indésirable. Même si vous pouvez réprimander un enfant toute la journée pour ne pas avoir fait quelque chose. Un devoir, la pratique d’un instrument, nettoyage de sa chambre… Cela ne lui apprendra pas ce qu’il faut faire. Il ne suffit pas de supprimer un comportement indésirable pour développer un comportement approprié.

Les punitions ont souvent des conséquences négatives

Tenter de fuir ou d’éviter la situation ou la personne associée à la punition. Tractions émotionnelles (par exemple, pleurer et être bouleversé) et comportement agressif en sont autant d’exemples. Les effets secondaires d’une punition ne sont pas en corrélation avec son efficacité. Même les punitions très inefficaces peuvent avoir des effets secondaires.

Laisser un commentaire