Qu’est-ce que le carnisme ?

Le carnisme est un concept qui est de plus en plus utilisé dans les discussions. Celles-ci sont en rapport avec les relations entre les humains et les animaux. Ce concept est défini comme une idéologie dominante qui justifie sans aucune contestation la consommation de viande d’animaux. Qu’est-ce que le carnisme ? Découvrez dans cet article les différentes informations sur ce concept.

Définition

Jusqu’au début du XXI -ème siècle, le terme carnisme désignait le fait de consommer de la viande. Cette définition a été reprise par la psychologue sociale Mélanie Joy. Ainsi, elle lui donne le sens nouveau d’une idéologie justifiant la consommation de la viande animale par les humains. D’autres auteurs considèrent que le carnisme est un concept psychologique, c’est-à-dire une idéologie. Celle-ci modifie aux humains la façon dont ils perçoivent la nourriture et les animaux.
Selon cette perception, la dominance du carnisme est due au fait qu’elle soit restée imperceptible et inconnue. Par ce fait, les carnistes ne sont pas uniquement des carnivores ou des omnivores. Ils mangent de la viande par choix et par croyance. Toutefois, l’invisibilité du carnisme fait que ces choix ne semblent pas en être.

Le carnisme, une idéologie injuste

Le carnisme est un type particulier de croyances : une idéologie. Il constitue une pratique profondément injuste. En effet, les animaux comme les cochons et les vaches sont bien sensibles et intelligents comme les autres animaux (chiens, chats…). Ils ne méritent pas d’être maltraités et tués. Par ailleurs, le carnisme est une idéologie faisant la discrimination entre les animaux. Elle rend par ce fait, insensible aux souffrances et aux injustices qui touchent ces espèces.

Le carnisme, une idéologie violente

La violence de l’idéologie du carnisme se situe dans le fait que les habitudes alimentaires humaines envoient à l’abattoir plusieurs espèces animales. Ainsi, le système formé par cette croyance est violent car elle repose sur la violence physique exercée à grande échelle sur les animaux. La violence de cette idéologie est surtout due et justifiée par son invisibilité. Cette violence n’est aperçue que lorsque le carniste est face au massacre des animaux.

Une idéologie naturelle

Le carnisme est le système de croyances selon lequel, il est éthique de consommer de la viande animale. Ainsi, il a l’immense pouvoir de changer les perceptions que les gens ont des animaux. Par ailleurs, les mythes (selon lesquels manger de la viande est indispensable, normal, naturel et ne pose aucun problème) sont enracinés dans les inconscients.
Consommer de la viande animale apparaît ainsi comme une bonne habitude qui ne doit pas être délaissée. Plusieurs sociétés internationales proposent des produits faits à partir d’extraits d’animaux. Ce commerce et cette participation des autorités ainsi que des devanciers rendent le carnisme naturel.

Les conséquences du carnisme

Plusieurs conséquences découlent du carnisme. Dans un premier temps, il y a l’organisation de l’élevage. En effet, les conditions d’élevage suscitent beaucoup de débats, car elles sont déplorables. Les animaux destinés à l’abattoir sont mal entretenus et délaissés. Cette conséquence en amène une autre. Celle-ci est liée à la santé. Avec la mauvaise organisation des conditions de l’élevage, les animaux sont exposés à plusieurs maladies.
Celles-ci pourront ensuite impacter la santé des humains qui les consomme. De plus, il y a aussi les conséquences sur l’environnement. Ceux-ci concernent les émissions de gaz à effet de serre, la pollution des eaux avec la prolifération des algues servant de nourriture aux animaux surtout aux porcs.

Les solutions contre le carnisme

Plusieurs solutions ont été trouvées pour éradiquer les problèmes causés par le carnisme. Cependant, elles vont à l’encontre des intérêts économiques. En effet, plusieurs organisations et personnalités se mobilisent contre le carnisme. La principale solution trouvée est de baisser la production des produits d’origine animale. Cette improductivité amènerait une baisse de la consommation de ces produits et donc la baisse de la demande. Cette solution diminuerait les souffrances infligées aux animaux et les privilégierait.
De plus, une autre solution proposée par Mélanie Joy est de prendre conscience de la psychologie liée à la viande. Cela pourrait d’une part aider les militants (végétariens…) à mieux convaincre le carniste. Aussi, cette méthode pourrait aider le carniste

Laisser un commentaire